Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

ECONOMIE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience dans l’après-midi de ce mardi 21 août 2018 le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Hafez Ghanem. Ce tête à tête entre les deux personnalités a porté sur l’état des relations entre le Burkina Faso et l’institution financière.

Cette audience du chef de l’Etat au vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, a été mise à profit pour « passer en revue nos projets existants, et l’état de notre coopération et de notre partenariat ». A souligné Hafez Ghanem. 

A en croire celui-ci, le président du Faso n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction quant aux résultats probants issus  travail abattu par l’ensemble des parties dans cette coopération.

L’occasion a notamment été saisie pour porter un regard sur les échéances futures, toujours en termes de coopération. Et à cet effet, M. Ghanem mentionne que « nous avons identifié 3 priorités. Le premier axe concerne l’investissement dans le capital humain. Le président a insisté que le financement porte sur l’éducation, et la santé. Le second axe verra l’investissement pour la création d’emplois, dans les secteurs de l’énergie, du développement de l’économie numérique. Et enfin la troisième priorité est celle relative à la sécurité et au développement ».  

Par ailleurs, avant de se rendre au palais de Kossyam, la Banque mondiale, par l’entremise de son vice-président pour l’Afrique a paraphé trois accords avec le gouvernement burkinabè. Cet appui dont bénéficiera le Burkina Faso, s’élève à 470 millions de dollars soit plus de 271 milliards de F CFA. Le premier accord est relatif au financement du Projet d’Appui à l’Enseignement Supérieur (PAES), le deuxième accord est relatif au financement du Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement et le troisième est relatif au financement du Projet de Renforcement des Services de Santé.

Selon l’hôte du jour, il s’agit en effet d’un autre pas en vue de renforcer davantage le partenariat entre son institution et l’Etat burkinabè. Lequel partenariat, qui aux dires de l’hôte du président du Faso est marqué par des « relations étroites ». Ce qui en partie justifie le choix du Burkina Faso pour cette visite qu’il effectue sur le continent en ce début de son mandat. C’est tout heureux qu’il a salué « les réformes entreprises par le gouvernement, la qualité du portefeuille de la banque au Burkina et le taux d’exécution satisfaisant des différents projets ».  

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir