Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

ECONOMIE

Dans le cadre du 24ème tirage de la Tranche commune entente (TCE) dont les activités ont débuté ce lundi 23 juillet à Ouagadougou, les experts des loteries nationales des pays du Conseil de l’entente ont entamé une séance de travail dont les échanges ont porté sur le processus du tirage. La cérémonie d’ouverture est intervenue ce lundi en présence des directeurs généraux des pays des loteries nationales au siège de la loterie nationale burkinabè (Lonab) à Ouagadougou

«Cette rencontre des experts est le pilier de la cérémonie du tirage d’entente. Tant que les experts n’ont pas examiné les conditions dans lesquelles le tirage doit se passer, rien ne se peut se passer. Ce sont eux vraiment le fondement de la cérémonie de tirage d’entente. Il faut bien que les experts nous disent comment les choses vont se dérouler. C’est pour cela, ils ont l’obligation de se réunir» a d’emblée expliqué le directeur général de la Lonab, Simon Tarnagda.

Concrètement, poursuit M. Tarnagda, ces experts discuteront sur le processus du tirage car, le processus est conduit par un fil conducteur tracé dans le commentaire du tirage. «Il faut qu’ils l’examinent et qu’ils sachent comment le tirage va se dérouler étape par étape. Il faut que le processus du tirage, la présence de l’huissier, du public, la participation des gagnants, la population soient encadrée et toutes ces conditions sont étudiées et ficelées par les experts. Ce sont eux qui sont le tendon de la chaine de ce travail» développe-t-il.

En termes d’innovations pour cette 24ème édition, le directeur général de la Nationale des jeux du hasard précise qu’il n’y en a pas. Puisque, selon les propos de M. Tarnagda, le principe du tirage entente s’effectue de façon rotative dans les pays des loteries. «Lorsque le tirage est effectué dans un pays, vous devrez veiller à ce que les mêmes conditions soient réunies dans les pays jusqu’à ce que la boucle soit faite» relève-t-il en indiquant que leur préoccupation actuelle est de faire en sorte que le tirage qui se déroulera à Ouagadougou se passe dans les mêmes conditions que dans les quatre autres pays. A l’entendre, c’est après que la «boucle soit faite que les experts réfléchiront à des innovations qui seront déroulées sur cinq ans. C’est le lieu pour eux d’asseoir les jalons afin de préparer ces innovations».

A l’image de Dramane Coulibaly, directeur général de la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci), les autres directeurs généraux partagent les mêmes attentes de cette réunion. Notamment, parcourir les textes qui régissent ce 24ème tirage et examiner les conditions dans lesquelles le tirage va se dérouler. «Il y a deux ans de cela nous avions expérimenté des innovations donc si les experts estiment qu’il est temps que nous revoyons certains aspects du tirage, nous, directeurs généraux, allons aviser»  a affirmé M. Coulibaly et Habsou Ali, directrice générale de la Loterie nationale du Niger (Lonani) de renchérir: «les attentes sont les mêmes pour toutes les loteries. Nous attendons les travaux des experts pour voir dans quelles mesures nous pourrions évoluer et les nouvelles démarches à entreprendre.»

Le directeur général de la Lonab a invité les experts à réfléchir dès à présent à la formule qui sera entamé car, «tous les pays ont déjà expérimenté la formule actuelle». 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé