Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

ECONOMIE

Il s’est ouvert ce lundi 9 juillet 2018 à Ouagadougou, sous la présidence du chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba, la conférence internationale sur la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Cette rencontre qui regroupe les partenaires publics, privés et le gouvernement burkinabè met l’accent sur la problématique de la consommation des produits agro-sylvo-pastoraux. Le Programme d’urgence pour le sahel (PUS), le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL) sont aussi sur la table des discussions. 

Deux ans après la tenue de la conférence de Paris en décembre 2016, le gouvernement burkinabè a estimé qu’il était opportun de faire un bilan d’étape, une évaluation du chemin parcouru pour identifier les points de succès mais également les points sur lesquels le gouvernement doit faire plus d’effort dans le cadre du PNDES et de sa mise en œuvre réussie.

Aux dires du ministre en charge de l’Economie, Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly, le secteur agro-sylvo-pastoral occupe 86% de la population totale et fournit environ 45% des revenus des familles rurales mais sa contribution à la création de la richesse nationale demeure très faible. Pour elle, l’accélération de la transformation agro-sylvo-pastorale s’impose au Burkina Faso, pays enclavé, d’où, le thème de la présente conférence «accélérer la transformation agro-sylvo-pastorale au Burkina Faso» qui servira de cadre de réflexion et de propositions pour accélérer cette transformation. 

Quant au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, l’ambition du gouvernement burkinabè pour ce secteur est de créer les conditions nécessaires pour permettre son véritable essor afin d’augmenter sensiblement sa contribution à la création de richesses et d’emplois pour les femmes et les jeunes et ce, à travers une valorisation accrue des produits des différentes filières concernées. «Au cours de cette conférence, nous devons nous pencher sur les modalités de financement et de réalisation des projets dans ces filières dont un grand nombre est réalisable par le secteur privé. Ce qui contribuera à l’amorce de la transformation structurelle de l’économie burkinabè» martèle-t-il.

Les partenaires techniques et financiers du Burkina Faso félicitent et soutiennent la tenue de cette rencontre dite de Ouagadougou. «S’agissant du PUS et du PADEL, il faut que le gouvernement se dote des outils pour agir sur les fragilités que nous connaissons, sur les vulnérabilités et corriger les inégalités» confie Metsi Makhetha, présidente de la troïka des partenaires techniques et financiers. Elle précise que ces deux programmes représentent un cadre intégré qui permettra au gouvernement d’engager avec les partenaires pour que le pays transforme son économie –qui est un focus particulier sur les zones fragiles- afin d’éviter un impact sur la dynamique de la mise en œuvre du Pndes.

En effet, durant ces 48 heures de travaux, les échanges porteront sur, entre autres, les principales réalisations du PNDES et les réformes en cours pour améliorer la gouvernance économique et institutionnelle ainsi que le climat des affaires. Aussi, les participants se pencheront sur le potentiel et les opportunités d’investissement dans la transformation agro-sylvo-pastorale, et le financement adéquat du PUS et du PADEL en vue de la promotion des économies locales.

Sur un coût total de 15 395 milliards de FCFA, l’ambition du gouvernement est de financer le PNDES à hauteur de 9 825 milliards sur ressources propres soit 64% et de 5 570 milliards sur ressources extérieures, soit 36%.

En marge de la conférence, se tient une exposition de produits issus de l’agriculture, de la foresterie, de l’élevage et de la transformation industrielle locale.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé