Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

ECONOMIE

Le top de départ de la 26ème session de l’Assemblée générale des sociétés d’Etat (AG-SE) a été donné par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba  ce jeudi 28 juin 2018 à Ouagadougou. Au cours de cette session qui  prendra fin le 29 juin, il  s’agira  pour les participants d’examiner les rapports de gestion et les états financiers de 21 sociétés au titre de l’exercice 2016-2017.

L’obligation de rendre compte est un principe fondamental, l’une des principales exigences de la gestion publique et de la bonne gouvernance. C’est répondant à cette obligation de redevabilité et aux exigences de la réglementation des sociétés d’Etats, que le gouvernement a tenu à examiner  les rapports de gestion des 21 sociétés d’Etat. «Au niveau national, l’exercice 2017 s’est déroulé dans un contexte économique caractérisé par un taux de croissance du PIB réel de 6,7% contre 5,9% en 2016. On note une accélération de la croissance économique,  l’intensification des investissements dans la construction et du dynamisme du secteur marchand, la hausse des revendications salariales au niveau du secteur public, un environnement sécuritaire marqué par la persistance des attaques terroristes et leur impact défavorable sur le climat des affaires», a fait remarquer le Premier ministre.

Du rapport, on retient que la contribution des sociétés d’Etat à la formation du produit intérieur brut (PIB) du Burkina, mesurée par la valeur ajoutée globale, est passée de 132,560 milliards de francs CFA en 2016 à 176,350 milliards de francs CFA en 2017, soit une augmentation de 43,79 milliards de francs CFA. Cette contribution au PIB est soutenue principalement par la Sonabhy à hauteur de 34,232 milliards de francs CFA, la LONAB à hauteur de 5,391 milliards de francs CFA et la Sonabel à hauteur de 3,3 milliards de francs CFA.

La contribution des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance sociale (EPPS) au budget de l’Etat s’établit à 444,665 milliards de francs CFA en 2017 contre 215,215 milliards de francs CFA en 2016 et à 196,253 milliards de francs CFA en 2015, soit une augmentation de 229,45 milliards de francs CFA entre 2016 et 2017. Cette forte contribution en 2017 provient principalement de la Sonabhy à hauteur de 368,905 milliards de francs CFA, soit 82,96% du total de la contribution, suivie de la Sonabel à hauteur de 38,790 milliards de francs CFA, soit 8,72% et de la LONAB de 24,751 milliards de francs CFA, soit 5,57%.

L’excédent brut d’exploitation des sociétés d’Etat qui mesure leur performance économique, est passé de 85,896 milliards de francs CFA en 2016 à 123,441 milliards de francs CFA en 2017, soit une hausse de 43,71%. Cette hausse est consécutive selon Boubakar Traoré, secrétaire général du ministre du Commerce, à l’accroissement de la valeur ajoutée.

Ainsi donc, sur 21 entreprises, 19 ont réalisé en 2017, un bénéfice net cumulé de 140,255 milliards de francs CFA contre 113,342 milliards de francs CFA en 2016 et 101,691 milliards de francs CFA en 2015, soit une hausse de 26,913 milliards de francs CFA entre 2016 et 2017. 

Toutefois, l’exercice 2017 a enregistré deux sociétés déficitaires contre huit en 2016. Il s’agit de la Minoterie du Faso (Minofa) à hauteur de 389 millions de francs CFA et de la Société Burkinabè de télédiffusion (SBT) à hauteur de 307 millions de francs CFA, soit un déficit cumulé de 696 millions de F CFA en 2017 contre 1,840 milliard de francs CFA en 2016 et 19,239 milliards de francs CFA en 2015.

En intégrant le déficit cumulé en 2017 des deux sociétés d’Etat, le résultat net global des 21 entreprises s’établit en 2017 à 139,559 milliards de francs CFA contre 111,502 milliards de francs CFA en 2016 et 82,452 milliards de francs CFA en 2015, soit une hausse de 25,16% entre 2016 et 2017.

«L’on peut dire que les performances sont globalement satisfaisantes par rapport à ce que nous avons constaté l’année dernière parce que déjà, si vous regardez au niveau des résultats net consolidés, il augmente de près de 24 % en passant de 113 milliards en 2016 à 140 milliards en 2017. Ce qui est une  performance  déjà appréciable aux niveaux des résultat net consolidé», s’est félicité le chef du gouvernement.

Pour sa part, Boubakar Traoré indique que les 21 entreprises publiques ont mené leurs activités dans un contexte économique mondial marqué par une reprise de l’activité économique avec un rebond notable du commerce mondial marqué par un taux de croissance économique se situant à 3,8% en 2017 contre 3,2% en 2016 selon les statistiques du Fonds monétaire international (FMI) publiées en avril 2018.

Au vu des résultats qui transparaissent dans les états financiers, le Premier ministre a  réitéré  les  encouragements du président du Faso, Roch Marc Kaboré aux membres des conseils d’administration, aux directeurs généraux et l’ensemble du personnel en les exhortant à redoubler d’ardeur  pour de meilleurs résultats en 2018.






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé