Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: le gouvernement décrète une semaine de deuil national après le décès de Kofi Annan
ONU: l'ancien secrétaire général, Kofi Annan est décédé à l'âge de 80 ans
Soum: un militaire perd la vie dans une opération de déminage (Burkina 24)
Inde: le bilan des inondations s’élève actuellement à plus de 324 morts et des centaines de milliers de déplacés
Tuy: deux civils tués dans une embuscade, 5 blessés dont un policier
Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
Football: le Burkina Faso maintient son rang de 8e africain et se classe 52e au niveau mondial selon la Fifa
Musique: la « reine de la soul », Aretha Franklin s'est éteinte ce 16 août à l'âge de 76 ans
Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) réélu avec 67,17% des voix
Italie: l'effondrement d'un viaduc à Gênes fait au moins 35 morts, selon un dernier bilan

ECONOMIE

Au mois de novembre 2018, se tiendra à Ouagadougou, la première édition du Salon de l’élevage du Burkina Faso (Sabel). Le lancement officiel de cette activité, qui se mènera sous la houlette du ministère des Ressources animales et halieutiques a eu lieu ce mardi 5 juin 2018 à Ouagadougou. 

Les grandes lignes de ce futur rendez-vous des acteurs des différentes filières de l’élevage et de la pêche, ont été dévoilées au cours d’un point de presse animé par le ministre en charge des Ressources animales, Sommanogo Koutou.   Le salon se déroulera sur 4 jours autour du thème : « place des productions animales et halieutiques dans le développement de base productive et de compétitivité de l’économie nationale ». 

Selon le ministère en charge des ressources animales et halieutiques, le Burkina Faso est un pays à vocation agro-pastorale au vu des chiffres qui sont très évocateurs. En effet, une enquête datant de 2007 indique que 82,4% des ménages ruraux pratiquent  l’élevage d’animaux. Une proportion qui varie entre 67 et 89% selon les régions. Selon ces mêmes chiffres, cette activité reste la première source de revenus monétaires de 38,8% des ménages ruraux. Aussi, l’élevage contribue pour plus de 12% à la formation de la valeur ajoutée nationale. Cependant, en dépit de ces chiffres probants, les investissements restent modestes par rapport à l’ensemble des ressources publiques consacrées au secteur rural. 

C’est cet état de fait qui, aux dires de Sommanogo Koutou, a poussé son ministère, « avec l’ensemble des acteurs et l’aval du gouvernement à initier le salon de l’élevage qui se présente comme un cadre d’échanges, de partage d’expériences et de connaissances, de formations et de recherches ». Pour le ministre des Ressources animales et halieutiques, il s’agit d’un salon national sera ouvert aux visiteurs étrangers. A la différence d’une foire, « c’est un salon pas pour vendre, mais pour exposer » a-t-il précisé. Le Sabel se veut à un espace galvaniseur des initiatives entrant dans le cadre de l’amélioration des performances du domaine de l’élevage ». 

M. Koutou et ses collaborateurs estime que ce salon sera une aubaine pour l’ensemble des acteurs intervenant dans le secteur de l’élevage, d’autant plus qu’ils estiment que « les professionnels disposeront d’une plateforme d’échanges entre eux et avec les différentes catégories de partenaires (…) le salon de l’élevage développera des mécanismes d’incitation pour des actions de développement de filières animales et halieutiques ». Avec pour objectif majeur de « contribuer à la promotion de l’élevage et à la valorisation des produits animaux et halieutiques ». Le salon selon ses promoteurs, travaillera à identifier et soutenir des idées et innovations sur la base de partenariats à tout niveau. 

Le salon de l’élevage du Burkina Faso, regroupera pendant 4 jours au mois de novembre prochain, les professionnels des différentes filières d’élevage, les services d’appui conseil, les chercheurs, les laboratoires et autres institutions de financement, etc. Les participants prendront part à des colloques, tables-rondes, conférences et concours dans divers domaines. In fine, le résultat escompté est de « contribuer à l’augmentation significative de la part contributive de l’élevage au PIB et à la création d’emplois », a laissé entendre Sommanogo Koutou.  

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir