Aujourd'hui,
URGENT
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires

Image d'illustration (Coordination des syndicats du ministère en charge de l'Economie)

ECONOMIE

Selon une dépêche de l'Agence d'Information du Burkina (AIB) Les syndicats du ministère en charge de l’Economie ont annoncé samedi, la tenue du lundi 28 mai au vendredi 1er juin, de sit-in pour exiger la levée «des sanctions abusives et autocratiques», prises à leur encontre après une grève.

«Les travailleurs du MINEFID poursuivront la lutte (…) afin d’exiger la levée des sanctions abusives et autocratiques prises à l’encontre des travailleurs, notamment les responsables relevés de leurs postes de responsabilité pour fait de grève», a indiqué samedi, le porte-parole des syndicats du ministère en charge de l’Economie Mathias Kadiogo.

En rappel, le conseil des ministres du 23 mai a relevé de leurs fonctions, deux responsables du ministère de l’Economie, des Finances et du Développent (MINEFID), au cours de la grève du 21 au 25 mai.

Le ministre en charge de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou a estimé vendredi, qu’«’il n’a pas de justification à donner», car «la nomination reste le pouvoir discrétionnaire du ministre».

M. Kadiogo a annoncé la tenue de sit-in du lundi 28 mai au vendredi 1 juin prochain, de 8 heures à 14 heures dans les structures du MINEFID sur toute l’étendue du territoire national, dans les ambassades et consulats du Burkina Faso à l’étranger.

Il a aussi exigé «le respect des libertés syndicales et démocratiques des travailleurs du MINEFID ainsi que des réponses satisfaisantes à leurs points de revendication contenus dans le préavis du 14 mars 2018».

Face à l’avis du Conseil d’Etat qui stipule que le sit-in est illégal au Burkina Faso, les syndicats opposent l’avis du Bureau international du Travail (BIT), datant de 2014, qui affirme que «tant que la grève reste pacifique, les piquets de grève et l’occupation des locaux devrait être permis…».

Remis Fulgance Dandjinou a prévenu que les travailleurs qui obéiront à ce mot d’ordre de «grève», devront répondre des conséquences légales.

Mais pour Mathias Kadiogo, «en cas d’absence de réaction et de réponses satisfaisantes aux préoccupations (…), le mot d’ordre de sit-in sera reconduit du lundi 4 au vendredi 8 juin 2018».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir