Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: le gouvernement décrète une semaine de deuil national après le décès de Kofi Annan
ONU: l'ancien secrétaire général, Kofi Annan est décédé à l'âge de 80 ans
Soum: un militaire perd la vie dans une opération de déminage (Burkina 24)
Inde: le bilan des inondations s’élève actuellement à plus de 324 morts et des centaines de milliers de déplacés
Tuy: deux civils tués dans une embuscade, 5 blessés dont un policier
Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
Football: le Burkina Faso maintient son rang de 8e africain et se classe 52e au niveau mondial selon la Fifa
Musique: la « reine de la soul », Aretha Franklin s'est éteinte ce 16 août à l'âge de 76 ans
Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) réélu avec 67,17% des voix
Italie: l'effondrement d'un viaduc à Gênes fait au moins 35 morts, selon un dernier bilan

Image d'illustration (Coordination des syndicats du ministère en charge de l'Economie)

ECONOMIE

Selon une dépêche de l'Agence d'Information du Burkina (AIB) Les syndicats du ministère en charge de l’Economie ont annoncé samedi, la tenue du lundi 28 mai au vendredi 1er juin, de sit-in pour exiger la levée «des sanctions abusives et autocratiques», prises à leur encontre après une grève.

«Les travailleurs du MINEFID poursuivront la lutte (…) afin d’exiger la levée des sanctions abusives et autocratiques prises à l’encontre des travailleurs, notamment les responsables relevés de leurs postes de responsabilité pour fait de grève», a indiqué samedi, le porte-parole des syndicats du ministère en charge de l’Economie Mathias Kadiogo.

En rappel, le conseil des ministres du 23 mai a relevé de leurs fonctions, deux responsables du ministère de l’Economie, des Finances et du Développent (MINEFID), au cours de la grève du 21 au 25 mai.

Le ministre en charge de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou a estimé vendredi, qu’«’il n’a pas de justification à donner», car «la nomination reste le pouvoir discrétionnaire du ministre».

M. Kadiogo a annoncé la tenue de sit-in du lundi 28 mai au vendredi 1 juin prochain, de 8 heures à 14 heures dans les structures du MINEFID sur toute l’étendue du territoire national, dans les ambassades et consulats du Burkina Faso à l’étranger.

Il a aussi exigé «le respect des libertés syndicales et démocratiques des travailleurs du MINEFID ainsi que des réponses satisfaisantes à leurs points de revendication contenus dans le préavis du 14 mars 2018».

Face à l’avis du Conseil d’Etat qui stipule que le sit-in est illégal au Burkina Faso, les syndicats opposent l’avis du Bureau international du Travail (BIT), datant de 2014, qui affirme que «tant que la grève reste pacifique, les piquets de grève et l’occupation des locaux devrait être permis…».

Remis Fulgance Dandjinou a prévenu que les travailleurs qui obéiront à ce mot d’ordre de «grève», devront répondre des conséquences légales.

Mais pour Mathias Kadiogo, «en cas d’absence de réaction et de réponses satisfaisantes aux préoccupations (…), le mot d’ordre de sit-in sera reconduit du lundi 4 au vendredi 8 juin 2018».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir