Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

ECONOMIE

La Banque mondiale vient d’octroyer un financement équivalent à 100 millions de dollars au Burkina Faso, afin d’appuyer la série de programmes de réformes entreprise par le pays dans les secteurs de l’énergie et de la fiscalité. Ce montant comprend un prêt de 55 millions de dollars et un don de 45 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.


Ces réformes entendent améliorer la viabilité financière du secteur de l'énergie; diversifier les sources d’énergie en améliorant le cadre juridique et institutionnel de ce secteur. Elles renforceront également le recouvrement des taxes et impôts ainsi que le système de passation des marchés publics.

« Cette série de programmes d’appuis budgétaires est conçue pour répondre aux défis auxquels le gouvernement du Burkina Faso est confronté dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020. L’approbation de ce financement par notre Conseil d’administrateurs démontre la détermination de la Banque mondiale à renforcer son partenariat pour le succès du PNDES », a déclaré Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso.

Le ralentissement de la croissance économique, la baisse des recettes fiscales et l'augmentation des dépenses publiques pour répondre aux pressions sociales après la période de transition politique (novembre 2014 à la fin de l’année 2015) ont obligé l’État à réduire ses dépenses d'investissement.  De fait, le pays ne dispose que d’une faible capacité de production énergétique, et sa situation financière de plus en plus difficile a des répercussions sur le secteur, mais aussi sur le budget de l’État et l'ensemble de l'économie.

C’est pour y remédier que ces programmes de réformes se concentrent sur les axes du plan national de développement relatifs à l’amélioration de la gouvernance économique, à la transformation structurelle de l'économie et au développement du secteur privé.

« Les réformes proposées auront également un impact sur le développement du capital humain. En effet, un meilleur accès à l'électricité améliorera le bien-être de nombreux ménages et augmentera ainsi la capacité d'apprentissage de leurs membres. De même, l'augmentation de l'espace budgétaire et la rationalisation des dépenses publiques permettront de mieux allouer les ressources aux secteurs sociaux, notamment celui de l'éducation et de la santé », a déclaré Samba Ba, chef d'équipe du Programme à la Banque mondiale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir