Aujourd'hui,
URGENT
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 

ECONOMIE

Le Syndicat des travailleurs de la géologie des mines et des hydrocarbures (Syntragmih) est sorti de son silence ce mercredi 25 avril 2018. Les travailleurs de certaines mines et des hydrocarbures réclament l’application des heures supplémentaires dans les mines de Semafo à Wona et celle de Bissa Gold à Sabcé.


Selon Lassané Simporé, tout est parti des changements de cédules de travail au niveau des mines sans prendre en compte les préoccupations des travailleurs. A entendre M. Simporé, les différentes négociations n’ont pas permis l’avancée des revendications des travailleurs. «A Semafo, la direction a décidé de changer de cédules de travail en 7 jours de travail et 7 jours de repos conformément aux préoccupations des travailleurs mais sans la prise en compte des heures supplémentaires qu’engendre cette nouvelle approche dans le travail», fait remarquer Lassiné Simporé.

Du reste, le SG/Syntragmih indique que certaines mines telles que Essakane Iam Gold, la mine de Houndé Gold Opération, celle de Karma, la mine de Taparko (pour une partie du personnel), appliquent les dispositions légales et sont en phase avec les textes en la matière. Alors pourquoi Semafo qui est une entreprise citoyenne refuse-t-elle l’application des heures supplémentaires s’interroge le Syntragmih. Le syndicat conclu donc qu’«on tente de se soustraire à la loi et lorsque les travailleurs réclament la juste mise en application des textes, ils sont taxés d’extrémistes ou d’irresponsables.»

Une situation qui selon Lassiné Simporé, serait l’un des points qui bloquent les travaux pour l’adoption de la convention collective des mines. Par conséquent, les travailleurs des mines en général et ceux de Semafo, Bissa Gold et Komet, rejettent cette vision et demandent l’application des heures supplémentaires qu’engendreraient les nouvelles cédules de travail. Ils mettent en garde certains cadres, directeurs et anciens délégués qui «au lieu de contribuer à la résolution des problèmes posés, divisent et opposent les travailleurs entre eux dans l’objectif de saper leurs actions, réprimer ceux qui posent les problèmes et qui sont soucieux de l’avancée de la mine et ce, dans le respect environnemental des textes et loi de notre pays.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir