Aujourd'hui,
URGENT
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer
Tunisie: l'universitaire Kaïs Saïed élu président au second tour de la présidentielle (Sondages)
Nobel: le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Tunisie: la justice a décidé de libérer le candidat à la présidentielle Nabil Karoui, en détention pour des soupçons de fraude fiscale
Fonds mondial: le montant des 14 milliards de dollars pour éradiquer le Sida, la tuberculose et le paludisme d'ici à 2030 a été atteint
Littérature: les Nobel de littérature 2018 et 2019 attribués à la Polonaise Olga Tokarczuk et à l’Autrichien Peter Handke
Fonds mondial: le Burkina Faso s’engage pour un montant d’un million de dollars soit près de 595 millions de FCFA
Ouagadougou: une importante quantité de déchets biomédicaux saisie par la Police municipale
Burkina: le collectif des syndicats de l’aéronautique civile suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures ( du 11 au 12 octobre)
Téléphonie: le Rwanda présente son premier smartphone « Made in Africa »

ECONOMIE

Le Syndicat des travailleurs de la géologie des mines et des hydrocarbures (Syntragmih) est sorti de son silence ce mercredi 25 avril 2018. Les travailleurs de certaines mines et des hydrocarbures réclament l’application des heures supplémentaires dans les mines de Semafo à Wona et celle de Bissa Gold à Sabcé.


Selon Lassané Simporé, tout est parti des changements de cédules de travail au niveau des mines sans prendre en compte les préoccupations des travailleurs. A entendre M. Simporé, les différentes négociations n’ont pas permis l’avancée des revendications des travailleurs. «A Semafo, la direction a décidé de changer de cédules de travail en 7 jours de travail et 7 jours de repos conformément aux préoccupations des travailleurs mais sans la prise en compte des heures supplémentaires qu’engendre cette nouvelle approche dans le travail», fait remarquer Lassiné Simporé.

Du reste, le SG/Syntragmih indique que certaines mines telles que Essakane Iam Gold, la mine de Houndé Gold Opération, celle de Karma, la mine de Taparko (pour une partie du personnel), appliquent les dispositions légales et sont en phase avec les textes en la matière. Alors pourquoi Semafo qui est une entreprise citoyenne refuse-t-elle l’application des heures supplémentaires s’interroge le Syntragmih. Le syndicat conclu donc qu’«on tente de se soustraire à la loi et lorsque les travailleurs réclament la juste mise en application des textes, ils sont taxés d’extrémistes ou d’irresponsables.»

Une situation qui selon Lassiné Simporé, serait l’un des points qui bloquent les travaux pour l’adoption de la convention collective des mines. Par conséquent, les travailleurs des mines en général et ceux de Semafo, Bissa Gold et Komet, rejettent cette vision et demandent l’application des heures supplémentaires qu’engendreraient les nouvelles cédules de travail. Ils mettent en garde certains cadres, directeurs et anciens délégués qui «au lieu de contribuer à la résolution des problèmes posés, divisent et opposent les travailleurs entre eux dans l’objectif de saper leurs actions, réprimer ceux qui posent les problèmes et qui sont soucieux de l’avancée de la mine et ce, dans le respect environnemental des textes et loi de notre pays.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé