Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

ECONOMIE

Lors de la première journée nationale du paysan à Léo en 1993, les paysans avaient émis le vœu de la création d’une banque agricole. Le 14 mars dernier, la commission bancaire de l’Umoa, lors de sa session, a octroyé l’agrément à la Banque agricole du Faso (BADF). Ce jeudi 22 mars 2018, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a échangé avec les acteurs sur la création de cette banque.

Le paysage bancaire du Burkina est passé depuis le 14 mars dernier à 15 banques avec l’agrément de la BADF. 14,277 milliards de francs Cfa contre 10 milliards minimum exigé par la règlementation bancaire, est le capital social  de cette nouvelle banque. L’actionnariat comprend 13 organisations du monde rural, 3 sociétés d’Etat, 8 sociétés privées et 70 personnes physiques.

Selon le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba, la particularité de cette banque est que c’est une banque qui est conçue pour les paysans, l’agriculture et l’élevage. «Ce n’est pas une banque comme les autres. Ce n’est pas une banque universelle. C’est une banque dont la vocation est de développer l’agriculture et l’élevage burkinabè et de procéder à la transformation de l’économie burkinabè comme le veut le président du Faso et comme l’entreprend le gouvernement à travers la mise en œuvre du Pndes» a dit le Premier ministre.

De façon générale, il a fait savoir que cette banque aura pour principales missions entre autres de mobiliser l’épargne populaire en milieu rural, de financer les intrants en quantité et en qualité, de fiancer l’agro-business. Pour lui, la création de cette banque obéit à des objectifs bien précis.

L’Association professionnelle des banques a salué cette initiative car, pour elle, cette banque vient combler un manque et confortera les financements du Burkina Faso.

La confédération paysanne du Faso, par la voix de son président, Ba Siaka Dao, qui a témoigné toute la reconnaissance du monde rural, a estimé que la création de cette banque est la concrétisation d’un rêve de depuis 1993. «Aujourd’hui, ce rêve est devenu une réalité en ce sens que la banque vient d’avoir  son agrément et cela fait une fierté aux paysans de voir aujourd’hui qu’un instrument de financement de nos activités a été mis à notre disponibilité. C’est un instrument important dans le sens que dans tous les documents, il est dit que c’est une agriculture de subsistance. Or, aujourd’hui avec les financements, je pense que nous allons passer à entrepreneuriat agricole et aller au-delà» a expliqué le président de la confédération paysanne. Il a déclaré que cette banque révolutionnera l’agriculture dans toutes ses composantes. Cela signifie, selon ses dires, qu’elle augmentera la productivité et redynamisera les coopératives, ce qui permettra de limiter les dégâts.

Le chef du gouvernement a invité les futurs dirigeants de cette banque à prendre les dispositions appropriées  pour l’opérationnalisation dans les meilleurs délais de la BADF afin de participer  au financement de la prochaine campagne agricole.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé