Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

ECONOMIE

Dans le cadre de son programme de coopération intitulé «Dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine», le gouvernement du Japon a procédé ce jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou à la signature d’un contrat de don d’un montant de plus de 47 millions de francs Cfa en faveur de l’Association Bi-Songo de la commune de Saponé. 

Cette assistance financière non remboursable va permettre la construction et l’équipement de trois unités de transformation des produits locaux (le beurre du karité, le savon et le moringa) au profit des femmes de la commune de Saponé, région du Centre sud. 

Selon l’ambassadeur du Japon, Tamotsu Ikezaki, les ateliers qui seront construits grâce à ce projet permettront aux femmes membres de l’Association Bi-Songo de renforcer leurs capacités de fabrication de produits à base de beurre de karité ou de feuilles de moringa. 

«Les femmes sont le pilier de l’économie d’une nation et la réalisation de ce projet est une manière pour le Japon de contribuer à l’atteinte de plusieurs objectifs de développement durable dont l’égalité entre les sexes, la promotion de l’éducation pour tous et la lutte contre la pauvreté» a dit le diplomate nippon. A l’écouter, la réalisation d’atelier constitue un cadre de production mais aussi de formation les femmes. Donc, soutient-il, «les femmes qui viendront y travailler se formeront en technique de production et pourront acquérir des savoirs et des savoir-faire utiles et pouvant impacter positivement leur vie et celle de leur famille». 

Et le président de l’association, Jean Christophe Rouamba de relever que «Ces unités de transformation vont apporter une valeur ajoutée à nos produits et participer ainsi à l’autonomisation financière de la femme rurale qui constitue un des principaux acteurs de l’économie nationale». Il a aussi souligné que l’association s’engage à poursuivre son œuvre d’animation et de facilitation pour permettre aux femmes d’améliorer leurs revenus et de participer ainsi aux dépenses de la famille. Rendez-vous a été donné dans huit mois dans les nouveaux locaux pour visiter, acheter et faire connaitre les produits de l’association à tous.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir