Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

ECONOMIE

Le Collectif des associations des commerçants et ouvriers du Kadioga (Cacok), au cours d’une déclaration lue devant la presse ce mardi 20 février 2018 à Ouagadougou a égrené un chapelet de griefs à l’encontre de l’exécutif et du parti au pouvoir, le MPP.

Selon cette déclaration lue par Ousmane Baguian, secrétaire général du collectif, rien ne va actuellement pour « les petits commerçants ».  La faute au gouvernement qui ne prend pas en compte leurs préoccupations.

« Nous reculons parce que le gouvernement a décidé de sacrifier les petits commerçants du secteur informel que nous sommes. Non seulement, les marchés publics deviennent de plus en plus rares mais pire, en décidant de faire passer les demandes de cotations pour les marchés inférieurs à  10 millions de F CFA (…) l’Etat a créé  les conditions  pour exclure d’office, les petits commerçants des marchés publics parce que la plupart de nos entreprises ont des chiffres d’affaires souvent inférieurs  à 10 millions. Il nous est donc difficile de postuler avec les grandes entreprises qui s’accaparent dorénavant des marchés de cotation » a expliqué M. Baguian.

A cela, Ousmane Baguian indique que la mise en place des Partenariats public-privé (PPP) montre à souhait que l’exécutif préfère traiter avec « les grands commerçants » sans penser aux commerçants exerçant dans le secteur informel. Pour lui, « le gouvernement, jusqu’à ce jour, n’a mené aucune action concrète en faveur des petites structures » que dirigent bon nombre d’entre eux. 

Dans cette optique, il a exhorté l’Etat à revoir sa politique en matière de soutien au monde commercial. Pour le  collectif, l’Etat doit également se soucier des petits commerçants et des structures informelles qui actuellement ont des difficultés. « Même nos charges familiales, il nous est difficile  aujourd’hui de les supporter » a confié M. Baguian.   

Par ailleurs, le collectif s’est prononcé sur l’ouverture le 27 février prochain su procès sur le putsch manqué. Tout en appelant à la non-immixtion de l’autorité politique sur le déroulement du jugement, il a laissé entendre que sur le sujet la justice y joue sa crédibilité : « Sa responsabilité est totalement engagée et c’est l’avenir de notre vivre ensemble qui est en jeu. Vu le climat actuel, la justice est la seule institution capable de nous amener à la réconciliation nationale et attirer des investisseurs pour une véritable relance de l’économie. La justice appartient au peuple et elle a le devoir de répondre à ses inspirations. Les Burkinabè  veulent d’une justice juste, équitable, impartiale et dénudée de toute influence politique ou extérieure» a fait savoir le porte-parole du collectif.

Outre cela, le Cacok a lancé un appel à la réconciliation nationale car «aucune nation ne peut se développer si les fils et filles sont divisées comme nous le sommes actuellement».

In fine pour le collectif, une fois la réconciliation nationale actée en plus du retour d’exil de certains opérateurs économiques, le Burkina pourra relancer son économie et les petits commerçants pourront ainsi se réaliser.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé