Aujourd'hui,
URGENT
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  
Covid-19: la Banque africaine de développement accorde 27 millions de dollars à l’Union africaine pour renforcer l’Initiative de réponse. 

ECONOMIE

Le Burkina Faso vise à travers son programme d’urgence pour la relance industrielle, la création de 83500 emplois directs et 620 000 emplois indirects selon l’Agence d’information du Burkina.

Dans la dynamique des programmes pour la réalisation du développement du Burkina Faso, le gouvernement entend mettre en œuvre un programme d’urgence d’industrialisation. Un atelier est organisé ce mardi 13 février 2018 sous la présidence du Premier ministre en vue de valider le document dudit programme pour la mise en place d’unités industrielles dans les secteurs porteurs de l’économie burkinabè.

«C’est un programme qui vise à permettre au gouvernement de mobiliser les acteurs, le secteur privé, les partenaires techniques et financiers autour de nos objectifs spécifiques à savoir la création d’emplois, en vue de réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations», a précisé le conseiller spécial du Premier ministre Pr Mahamadou Diarra.

La mise en œuvre de ce programme d’urgence va générer 83 500 emplois directs grâce aux unités de production qui seront mises en place et 620 000 emplois indirects grâce au développement des activités en amont et en aval de ces unités industrielles, a-t-il poursuivi.

«L’amélioration des conditions de vie de nos populations à travers la réduction de la pauvreté est l’objectif ultime de notre politique», indique le discours du Premier ministre Paul Kaba Thiéba, lu par son  représentant Bamory Ouattara, secrétaire général du Premier ministère à la cérémonie d’ouverture.

Cela passe donc par la mise en place et le soutien d’un secteur privé dynamique et innovant, créateur de valeur ajouté et d’emplois décents, afin d’atteindre l’objectif de «faire du Burkina Faso un pays émergent grâce à l’essor d’un secteur industriel compétitif à forte valeur ajoutée et créateur d’emplois décents contribuant à réduire la pauvreté».

Le document qui va être validé permettra au gouvernement de disposer d’un instrument de mobilisation des acteurs et des partenaires autour des actions devant contribuer à la réalisation de ses objectifs.

En outre, le programme d’urgence vise à accroitre le taux de transformation des produits locaux, créer des emplois décents, diversifier et accroitre les exportations manufacturières du pays et  réduire le degré de dépendance du Burkina Faso en matière d’importations.

Les secteurs prioritaires du Programme d’urgence d’industrialisation ont justement été sélectionnés sur la base de leur potentiel de création d’emplois, de la disponibilité de matières premières, de leur potentiel d’exportation etc.  Ce sont les filières bétail-viande, coton-textile, carrière et matériaux de construction, fruits et légumes.

Ce document est aussi un instrument d’opérationnalisation de la politique du secteur de planification «Transformations industrielles et artisanales».

 

Source : Agence d’information du Burkina

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir