Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

ECONOMIE

Le cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base (CCEB) a signé ce 6 décembre avec coopération autrichienne, une convention qui lui permettra de mettre en œuvre son Programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral au profit de jeunes de quatre région du Burkina Faso.

 

Le programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral coute de plus de 980 millions de FCFA. Il est financé à hauteur de 898 millions par la coopération autrichienne. Le reste, 82 millions de FCFA, est apporté par le CCEB. De quoi réjouir Zénabo Ouédraogo, la Présidente du conseil d’administration de la CCEB, qui voit dans le geste autrichien «une marque de confiance

Elaboré après un diagnostic dans les régions du Centre ouest, du Centre Sud, de l’Est et du Nord, le programme va toucher directement 600 jeunes de 15 à 34 ans, lettrés et illettrés et indirectement 28 480 personnes. Parmi eux, au moins 30% de filles et de femmes. Ces régions ont été choisies parce que le CCEB pense y obtenir des résultats probants. Le processus pourrait être élargi dans les autres régions, selon les responsables.

Le projet devrait, en trois ans, améliorer leur accès à des emplois stables et économiquement viables du secteur agro-sylvo-pastoral (agriculture, pêche, élevage) dans les régions cibles, en les dotant de connaissances des différents rouages du secteur. Le Cadre compte aussi les accompagner vers l’acquisition de matériel de travail.

Lenjeu majeur de cette intervention est de renforcer les capacités opérationnelles de ces jeunes pour la production, la conservation et la valorisation des produits agro-sylvo-pastoraux, résume Christian Geosits, chef du Bureau de coordination de la coopération pour le développement de l’ambassade d’Autriche au Burkina. «Nous ne disons pas que tout le monde va avoir un boulot et tout. Mais nos partenaires et nous pouvons, avec les autres activités, porter un soutien, créer les conditions pour que les jeunes puissent avoir une base pour un futur meilleure», ajoute-t-il.

Le programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral est en quelque sorte le prolongement d’une expérience menée entre 2012 et 2015, qui a permis aux acteurs de l’éducation de mettre en œuvre des activités d’appui dans le secteur agro-sylvo-pastoral. «Nous avons mené cette expérience qui a été concluante et nous avons soumis à la coopération autrichienne une note conceptuelle. (…) C’est l’aboutissement aujourd’hui de ce programme», détaille pour sa part M. Sankara, chef coordonnateur de programmes au CCEB.

La représentante du ministre en charge de l’Education nationale, Baïlou Diatta, a salué la disponibilité de la coopération autrichienne «qui, depuis plusieurs décennies, soutient le système éducatif de notre pays». Elle a également recommandé au CCEB de gérer rigoureusement les ressources mises à sa disposition pour une atteinte maximale des résultats.  

Comme sa dénomination l’indique, la CCEB est une structure faitière regroupant des ONG et associations actives en éducation de base. Son objectif : optimiser la concertation et la coordination entre les ONG/Associations, afin de favoriser et de renforcer leur contribution à l’amélioration de la situation de l’éducation formelle et non formelle au Burkina Faso surtout par le plaidoyer.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé