Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

ECONOMIE

Le cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base (CCEB) a signé ce 6 décembre avec coopération autrichienne, une convention qui lui permettra de mettre en œuvre son Programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral au profit de jeunes de quatre région du Burkina Faso.

 

Le programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral coute de plus de 980 millions de FCFA. Il est financé à hauteur de 898 millions par la coopération autrichienne. Le reste, 82 millions de FCFA, est apporté par le CCEB. De quoi réjouir Zénabo Ouédraogo, la Présidente du conseil d’administration de la CCEB, qui voit dans le geste autrichien «une marque de confiance

Elaboré après un diagnostic dans les régions du Centre ouest, du Centre Sud, de l’Est et du Nord, le programme va toucher directement 600 jeunes de 15 à 34 ans, lettrés et illettrés et indirectement 28 480 personnes. Parmi eux, au moins 30% de filles et de femmes. Ces régions ont été choisies parce que le CCEB pense y obtenir des résultats probants. Le processus pourrait être élargi dans les autres régions, selon les responsables.

Le projet devrait, en trois ans, améliorer leur accès à des emplois stables et économiquement viables du secteur agro-sylvo-pastoral (agriculture, pêche, élevage) dans les régions cibles, en les dotant de connaissances des différents rouages du secteur. Le Cadre compte aussi les accompagner vers l’acquisition de matériel de travail.

Lenjeu majeur de cette intervention est de renforcer les capacités opérationnelles de ces jeunes pour la production, la conservation et la valorisation des produits agro-sylvo-pastoraux, résume Christian Geosits, chef du Bureau de coordination de la coopération pour le développement de l’ambassade d’Autriche au Burkina. «Nous ne disons pas que tout le monde va avoir un boulot et tout. Mais nos partenaires et nous pouvons, avec les autres activités, porter un soutien, créer les conditions pour que les jeunes puissent avoir une base pour un futur meilleure», ajoute-t-il.

Le programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral est en quelque sorte le prolongement d’une expérience menée entre 2012 et 2015, qui a permis aux acteurs de l’éducation de mettre en œuvre des activités d’appui dans le secteur agro-sylvo-pastoral. «Nous avons mené cette expérience qui a été concluante et nous avons soumis à la coopération autrichienne une note conceptuelle. (…) C’est l’aboutissement aujourd’hui de ce programme», détaille pour sa part M. Sankara, chef coordonnateur de programmes au CCEB.

La représentante du ministre en charge de l’Education nationale, Baïlou Diatta, a salué la disponibilité de la coopération autrichienne «qui, depuis plusieurs décennies, soutient le système éducatif de notre pays». Elle a également recommandé au CCEB de gérer rigoureusement les ressources mises à sa disposition pour une atteinte maximale des résultats.  

Comme sa dénomination l’indique, la CCEB est une structure faitière regroupant des ONG et associations actives en éducation de base. Son objectif : optimiser la concertation et la coordination entre les ONG/Associations, afin de favoriser et de renforcer leur contribution à l’amélioration de la situation de l’éducation formelle et non formelle au Burkina Faso surtout par le plaidoyer.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé