Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

ECONOMIE

Dans le cadre de  ses activités, l'Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso (AJM-BF) est allée à la rencontre de la direction générale du cadastre minier ce mardi 19 décembre 2017. Les journalistes ont constaté de visu le processus de modernisation du cadastre minier et le fonctionnement de la direction générale du cadastre minier en charge  de la délivrance et du retrait des différents titres miniers.

Le Burkina Faso, depuis plus de dix ans, connait un boom minier. L’exercice de cette activité est conditionné au préalable à la demande d’un titre minier qui aboutit à l’octroi ou non d’un permis d’exploration ou de recherche. L’octroi des permis et la mise à jour de la cartographie minière est dévolue à la direction générale du Cadastre minier.

Ce service qui a vu le jour en 2001 était géré de façon manuelle jusqu’à récemment. Actuellement, le cadastre minier gère 903 documents, différents titres et autorisations confondues. Pour Mabourlaye Nombré, secrétaire général  du ministère des Mines et des Carrières, il était devenu difficile de gérer manuellement tous ces documents. C’est dans le souci de plus d’efficacité et de transparence que l’Etat burkinabè a décidé de la modernisation du cadastre minier.

« La gestion était presque manuelle et étant donné que le nombre de permis était croissant, la gestion devenait un peu difficile. La visibilité était aussi difficile à assurer parce que s’il faut plus de temps pour mettre des informations à la disposition de quelqu’un, il peut être tenté de dire que ce n’est pas transparent. (…) Suite à une étude diagnostique, la Banque mondiale a décidé d’accompagner le Burkina dans la modernisation de son cadastre minier » a expliqué le secrétaire général.

Le coût de cette modernisation est de 1,5 milliard de F CFA. Et pour permettre aux consultants de bien parachever le processus, le ministre des mines et des carrières a pris la décision de suspendre pour une période de deux mois (du 1er décembre 2017  au 31 janvier 2018) les activités de gestion des titres miniers et des autorisations. Le taux d’exécution physique et financière est de 90%.

Avec la modernisation du cadastre, le Burkina pourra désormais disposé de données claires, fiables et concrètes sur sa cartographie minière. Aussi, il s’agira d’assurer le payement convenable des taxes tout en ayant des tracées précises. Par ailleurs, le cadastre minier sera connecté sur Internet de sorte à permettre aux usagers d’avoir des informations rapides et fiables.

A ce jour, le cadastre minier fait état de : 54 autorisations permanentes de substance de carrière, 765 permis de recherches, 27 permis d’exploitation semi-mécanisée, 16 permis d’exploitation industrielle dont 12 mines en exploitation et 4 projets qui entreront bientôt en phase de production.

Pour le journaliste, Elie Kaboré, président de l'Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso, cette activité s’inscrit dans sa logique de suivi des actions du gouvernement concernant certains aspects du secteur minier. 

« Le constat qui se dégage est que le gouvernement est vraiment engagé sur le chemin de la modernisation du cadastre. Ce que nous avons pu voir est que les acteurs prennent en compte les exigences de la norme Itie (Initiative pour la Transparence des Industries Extractives du Burkina Faso), c'est-à-dire que maintenant, on aura une traçabilité depuis la demande du permis, l’octroi, la fin du permis jusqu’aux différents transferts. On a vu aussi qu’ils prévoient un aspect publication des titres miniers ce qui veut dire que depuis l’extérieur on pourra savoir sur quel espace, qui détient quel titre et sur quelle superficie » a  fait savoir Elie Kaboré.

Le ministère des mines et des carrières a salué l’initiative des journalistes et s’est dit prêt à honorer d’autres sollicitations venant de la part de l’AJM-BF.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé