Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D
Burkina: Le Syndicat des travailleurs de la Santé humaine et animale annonce une grève d’avertissement de 24 heures le 31 janvier
Politique: Le groupe parlementaire du CDP  a promis revenir sur le code électoral de 2015 qui a exclu leur président Eddie Komboigo
Liberia: la présidente sortante, Ellen Sirleaf exclue pour avoir «violé la Constitution du parti» (RFI)
Djibo: les populations ont marché pour exiger la libération du Dr Ken Elliot enlevé il y a deux ans de cela 
Burkina: La direction des impôts devra mobiliser la somme de 918 milliards de F CFA au profit du budget de l'Etat

ECONOMIE

Le Directeur général de l’Ecole nationale des régies financières (Enaref), le docteur Amadou Nébila Yaro a été désigné coordonnateur Afrique de l’Ouest du Réseau des instituts africains de finances publiques. C’était au cours de la deuxième Conférence internationale des instituts africains de finances publiques tenue du 21 au 24 novembre 2017 à Marrakech au Maroc.


Cette session qui intervient après la première édition qui s’est tenue en 2016 à Yaoundé (Cameroun), s’est penchée sur le rôle des instituts de formation en finances publiques dans l’accompagnement des réformes financières et économiques dans les pays africains.

Plusieurs thèmes ont fait l’objet d’exposés suivis de débats par les participants. Le DG de l’Enaref est intervenu sur le thème «Finances publiques et budgétisation sensible au genre». Amadou Yaro a ainsi partagé la riche expérience de son institution dans la formation des acteurs (députés, société civile, agents des ministères, etc.) sur le thème de la budgétisation sensible au genre. Il a par ailleurs rappelé combien il est important pour les instituts de finances publiques d’anticiper sur des thèmes émergents. Le Burkinabè a en outre, indiqué que les écoles et centres de formation en finances publiques doivent axer leurs prochaines actions sur des modules à même de permettre aux agents publics d’être de véritables acteurs du développement en mettant l’accent sur les politiques publiques en général, pour qu’à l’issue de leur formation, les cadres soient aptes à concevoir, exécuter et à évaluer les politiques publiques.

En marge de cette édition, un réseau des instituts des finances publiques d’Afrique a été mis en place. Le DG de l’Enaref a été désigné (par acclamation), coordonnateur de la conférence pour l’Afrique de l’Ouest, avec pour mission d’appuyer les instituts d’Afrique de l’Ouest dans la mise en œuvre de leurs activités et de servir de relais dans cette zone pour la vulgarisation des bonnes pratiques.

Source MINEFID

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir