Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D
Burkina: Le Syndicat des travailleurs de la Santé humaine et animale annonce une grève d’avertissement de 24 heures le 31 janvier
Politique: Le groupe parlementaire du CDP  a promis revenir sur le code électoral de 2015 qui a exclu leur président Eddie Komboigo
Liberia: la présidente sortante, Ellen Sirleaf exclue pour avoir «violé la Constitution du parti» (RFI)
Djibo: les populations ont marché pour exiger la libération du Dr Ken Elliot enlevé il y a deux ans de cela 
Burkina: La direction des impôts devra mobiliser la somme de 918 milliards de F CFA au profit du budget de l'Etat

ECONOMIE

La famille des transporteurs routiers burkinabé s’est agrandie avec l’arrivée d’une nouvelle compagnie dénommée Elitis Express. Le lancement des activités de cette compagnie de transport terrestre interurbaine a eu lieu ce mardi 14 novembre 2017 à son siège à Ouagadougou situé à la Zone d’activités diverses (ZAD). C’était en présence du ministre en charge des Transports, parrain de la cérémonie, Souleymane Soulama, de membres du gouvernement et des partenaires financiers. Elitis Express desservira dans un premier temps l’axe Ouagadougou-Bobo et Bobo-Ouagadougou.

Ce 14 novembre consacre ainsi l’entrée en exploitation de la compagnie Elitis Express. Il y a de cela trois ans que le promoteur Roland Sow avait imaginé la réalisation au Burkina Faso d’une compagnie de transport terrestre qui offrirait à sa clientèle les mêmes services et commodités qu’une compagnie de transport aérien. 

Ce sont au total 7 autobus climatisés de marques Man/Irizar de 54 places chacun, avec des aménagements spacieux des sièges qui desserviront l’axe Ouaga-Bobo et Bobo-Ouaga. Ils sont tous équipés de caméras, de toilettes et lavabo, de 4 écrans télévisuels, de wifi, de chargeurs de téléphone mobile...

Outre cela, chaque trajet dispose d’un service d’assistance et d’un repas à bord en plus des hôtesses et deux chauffeurs. Il faut noter que tout le trajet se fait sans arrêt.

En ce qui concerne les gares, selon dires du promoteur, Roland Sow, elles sont chacune sous vidéosurveillance et comprennent : un espace guichet climatisé en mode gestion par file d’attente, une salle d’attente climatisée, un restaurant fast-food, des toilettes hommes et femmes séparées, une boutique, un réseau wifi gratuit pour les clients détenteurs de titre de voyage et une navette disponible pour les clients de l’hôtel Sissiman à Bobo.

Les invités ont testé le confort des Autobus

Les prestations de la compagnie Elitis Express, outre les services courriers, s’étendent également à la location de véhicules neufs disponibles dans les gares de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Le service parking quant à lui, fonctionne 24 heures sur 24 et est gratuit. Le centre d’appel, ouvert de 6 heures à 21 heures, est également disponible pour les réservations, les achats et annulations de billets, les réclamations et les informations diverses. «A cet égard d’ailleurs, une application androïde permet à notre clientèle de se procurer ces différents services en ligne» a dit M. Sow 

En terme promotionnel, Elitis Express est à un tarif  de 10 000 francs CFA pour rallier Ouaga à Bobo et vice versa jusqu’ au 31 décembre afin de faire connaître son produit. «A partir du 31 décembre, nous serons à un tarif de 12 500 francs CFA, y compris un repas complet avec l’objectif de ne pas pouvoir s’arrêter en route pour permettre de rallier Bobo en 5 heures pour faciliter les hommes d’affaires,  les PME, les chefs d’entreprise et l’administration publique qui aspirent à faire le déplacement entre ces deux villes», a expliqué le promoteur.

A cela, il faut ajouter la location d’une dizaine de voitures qui seront sur la ligne Ouaga-Bobo afin de permettre aux clients de la compagnie qui se déplacent de pouvoir utiliser ces véhicules dans l’un ou l’autre sens pour leurs courses.

Elitis Express, ce sont aussi plus de 70 emplois directs créés avec tous les postes déclarés ou en cours de déclaration à la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS). «A terme, si nous arrivons à réussir aux éventuels chocs exogènes, nous devrions pouvoir, suivant nos perspectives d’exploitation triennales, créer plus de 160 emplois», foi de M. Sow.

A l’en croire, un tel projet ne peut voir le jour sans les concours salutaires de partenaires divers: «Nous avons eu beaucoup de difficultés à le mettre en place. Grâce à nos partenaires financiers, à l’accompagnement de l’Etat à travers le code d’investissement, nous avons réussi aujourd’hui à mettre sur pied ce projet. Pour le financement de cette première phase dont le coût s’élève à 3 milliards 445 millions de francs CFA, deux institutions bancaires nous ont accompagnés à hauteur de 50% pour Coris Bank et 15% pour Banque Atlantique. Le différentiel de 35% ayant été financé par un apport en fonds propres et par dettes fournisseurs ».

Le promoteur, Roland Sow ambitionne de rallier l'international

Le ministre en charge des Transports, Souleymane Soulama, parrain de cette cérémonie a, pour sa part félicité le promoteur qui, selon lui, est allé au-delà des normes que son département a fixées. «Ces cars ont eu un certificat du CCVA, c’est-à-dire qu’ils ont respecté les normes de limitation de vitesse. Nous exhortons toutes les autres compagnies à suivre son exemple» a-t-il fait savoir.

Le parrain s’est d’ailleurs dit surpris de voir qu’Elitis Express soit la première compagnie à installer des appareils de tests d’alcoolémie: «Nous avons été agréablement surpris de voir que c’est la première compagnie qui a installé les appareils d’alcoolémie car nous savons que 90% d’accidents sont dus au facteur humain dont l’alcool (…). Le promoteur a commandé les appareils pour contrôler les chauffeurs et s’il y a un petit gramme d’alcool dans leur sang, ils seront disqualifiés et je pense bien qu’ils risquent d’être licenciés».

Par ailleurs, le promoteur ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il ambitionne dans un futur proche de rallier l’international afin de montrer qu’au Burkina Faso, il y a des compagnies qui innovent et qui vont de l’avant. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir