Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

ECONOMIE

Une cinquantaine d’hommes d’affaires belges séjourneront à Ouagadougou du 26 au 28 octobre 2017, dans le cadre d’une mission économique et commerciale.

Le Programme national de développement économique et social (PNDES) poursuit la mobilisation des investisseurs étrangers désirant participer à une transformation structurelle de l’économie burkinabè en vue de réduire la pauvreté et le chômage massif des jeunes et des femmes.

Du 26 au 28 octobre 2017, une cinquantaine d’hommes et de femmes d’affaires du Royaume de Belgique viennent à Ouagadougou dans le cadre d’une mission économique et commerciale. Organisé par Brussels-Invest-Export et la Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture Belgique-Luxembourg –Afrique-Caraïbes-Pacifique (CBL-ACP) en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF) et le Gouvernement du Burkina Faso, cette mission sera conduite par la Secrétaire d’État Bruxelloise au Commerce extérieur, Madame Cécile Jodogne.

«Ce serait l’occasion de renforcer le partenariat entre les entreprises bruxelloises et Burkinabè à travers des projets concrets», a indiqué Mme Carole Moné, la responsable Afrique de Brussels-Invest-Export, principale organisatrice de la mission.

Cette mission vise essentiellement à renforcer les relations commerciales et économiques entre les deux pays qui restent jusque-là modestes. Il s’agira notamment de créer un  maximum de contacts à même de dégager des contrats avec des entreprises privées, publiques ou parapubliques de notre pays.

Au cours de leurs rencontres prévues à l’Hôtel Laïco Libya de Ouagadougou, les hommes d’affaires belges et burkinabè auront plusieurs formes de discussions. Outre la conférence au cours de laquelle le Gouvernement du Burkina Faso présentera les opportunités d’investissement du pays qui veut se métamorphoser dans tous les domaines de son économie, les hommes affaires belges et burkinabè auront des rencontres B2B. Ce sera alors le moment privilégié de mieux faire connaissance et de nouer les opportunités d’affaires.

En plus de l’énergie, notamment les énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse), les entreprises belges qui font le déplacement de Ouagadougou font dans l’hydroélectricité, l’énergie nucléaire, le thermique ou dans la transmission et la distribution de gaz et de GNL (Gaz naturel liquéfié).

D’autres sont spécialisées dans l’expertise et le conseil en systèmes énergétiques, en construction de barrages, dans les conseils pour les réservoirs et la protection contre les crues et les inondations, les transferts et le traitement de l’eau, l’irrigation ou les conseils en matière de dragage. Certaines sont aussi spécialisées en matière de construction  de bâtiments intelligents et autres structures complexes.

Certaines autres entreprises sont dans la vente de véhicules neufs ou d’occasions, dans la production des compléments alimentaires, dans la vente de matériel et solutions destinées aux entreprises, principalement des presses numériques et le matériel complémentaire.

Dans un pays où l’état civil est quasi embryonnaire, certaines proposeront leurs expertises en matière d’enrôlement biométriques des citoyens, de centralisation et de traitement des informations, de confection des passeports et de visas biométriques et de carte nationale d’assurance maladie.

Toujours dans le domaine de l’énergie, certaines entreprises qui effectueront le déplacement de Ouagadougou sont spécialisées dans la construction, la gestion et même le financement de centrales solaires industrielles (hôtels, aéroports, industries agro-alimentaires, secteur minier, hôpitaux, ...) et disposent aussi de solutions d'électrification rurale. Il y aura aussi des équipementiers (ensemblier) dans les secteurs du médical, de l'environnement, et de l'agroalimentaire, des vendeurs de machines et équipements d’occasion pour l’imprimerie et les arts graphiques, des entreprises spécialisées dans les services de télécommunication par satellites et la connectivité Ip par satellite-vsat.

Pour les acteurs de l’audiovisuel (cinéma, télévision, radios, etc.), certaines entreprises proposeront leurs expertises en matière de vente et d’installation de matériel audiovisuel professionnel. Pour les investisseurs, des entreprises spécialisées en matière assurance-crédit notamment la couverture de risque sur mesure à l’accès plus facile au financement du commerce seront également présentes.

En marge de ces rencontres, un forum sur la dynamisation de l’entreprenariat féminin dans les relations belgo-burkinabè devrait être animé par la Première dame du Faso, Mme Sika Kaboré, la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement Mme Rosine Coulibaly et des femmes d’affaires belges et burkinabè.

Cette mission économique  et commerciale intervient après celle de 1998.

Dans le cadre de la coopération intergouvernementale,  le Royaume de Belgique a réintégré le 21 mai 2015, le Burkina Faso parmi les quatorze pays partenaires de la coopération gouvernementale belge. Le Royaume de Belgique et le Gouvernement du Burkina Faso ont signé un accord sur le programme de démarrage de la coopération entre les deux pays pour 2016-2017, d’un montant de 15 millions d’euros destiné au programme d’accès à l’eau potable à Fada N'Gourma et à la santé de la reproduction des (jeunes) femmes dans les régions de l'Est, du Centre-Est et du Sahel.

Romaric Ollo HIEN
Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles
Représentation auprès de l’Union européenne

,

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir