Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Le ministre de l'Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo

ECONOMIE

Des membres du gouvernement se sont retrouvés dans l’après-midi du lundi 25 septembre 2017 au Premier ministère pour échanger sur certaines réformes dont celle relative à la question agro-sylvo-pastorale. Après les échanges de ce conseil de cabinet, il est ressorti que le gouvernement entend, à travers un avant-projet de loi, mettre en œuvre des dispositions visant à faciliter l’investissement dans le domaine agricole.

Faire en sorte que l’investissement puisse être fait et que le travail de la terre soit attractif. C’est l’une des raisons qui ont poussé le gouvernement burkinabè à mener des discussions sur un avant-projet de code d’investissement agro-sylvo-pastoral et halieutique. Le ministre de l'Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, explique que ce code sera un moyen pour «inciter et les jeunes, les femmes et toute personne intéressée à investir dans l’agriculture en leur facilitant les choses, en leur offrant des possibilités afin de promouvoir le développement rural». 

Cet engagement du gouvernement pourrait conduire à ce qu’ «on puisse avoir une valeur ajoutée pour aboutir certainement au grandissement de notre économie», ajoute M. Ouédraogo. Il a aussi indiqué que, pour marquer le changement, le gouvernement  entendait mettre en place un dispositif qui permettra d’accorder des facilités à ceux qui veulent travailler la terre.

Entre autres facilités, détaille-t-il, «il y aura des exonérations pour ceux qui voudraient entreprendre pour la première fois. Il y aura des possibilités d’accompagnement en référence à la création de la banque agricole».  Et tout cela, dans le cadre de l’encadrement dont pourraient bénéficier ces personnes désireuses d’investir dans le monde rural.

En somme, c’est «un paquet» permettant à tout investisseur porteur «d’un projet intéressant» de se voir octroyer la terre, les ressources financières et l’encadrement qui lui permettront d’investir et d’en tirer un profit.

L’avant-projet de loi du code d’investissement agro-sylvo-pastoral et halieutique sera examiné dans les jours à venir en conseil de ministre, avant d’être mis sur la table des députés pour adoption. Et s’il est avalisé par les députés, il reviendra au gouvernement «de prendre des décrets pour appliquer ce qui sera adopté au niveau de l’Assemblée Nationale», note Jean Ouédraogo qui espère que, d’ici la fin de l’année en cours, cette disposition entrera en vigueur.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir