Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

ECONOMIE

Le débat sur le franc CFA continue de faire des gorges chaudes. Après avoir été arrêté puis relâché pour avoir brulé un billet de 5.000 FCFA, le franco-béninois Kémi Séba a été expulsé du Sénégal pour «menace grave pour l'ordre public» le 6 septembre dernier. Pour Hervé Ouattara du mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR) et représentant de l’Urgence panafricaniste au Burkina Faso, «cette expulsion est inadmissible». Il appelle alors les autres activistes, notamment le mouvement le Balai citoyen, à se prononcer sur le sujet.


Rester mobiliser pour poursuivre la contestation, tel est le mot d’ordre de Hervé Ouattara qui avait à ses côtés le secrétaire général du CAR et le responsable du mouvement la Génération Kémi Séba le 8 septembre dernier lors de la conférence de presse qu’il a animé au Centre national de presse Norbert Zongo de Ouagadougou. En se réunissant, les organisations civiles proches de Kémi Séba entendent ainsi prolonger leur combat contre le franc CFA.

«Nous avions connu cette déportation des Africains dans la période coloniale et il est inconcevable que cela continue en ce 21è siècle. C’est vraiment paradoxal qu’on expulse un Africain de l’Afrique vers l’Europe alors que généralement, c’est le contraire qui se fait», s’indigne Hervé Ouattara. Toutefois, M. Ouattara dit être réconforté dans cette lutte parce que pour lui, «la France et ses vallées locaux sont inquiets de la monté en puissance des différentes organisations de jeunesse en Afrique». Il explique que cette expulsion de Kémi Séba fait suite à l’appel de l’activiste pour une grande mobilisation en Afrique le 16 septembre à venir. Il appelle par conséquent le mouvement le Balai citoyen à se prononcer sur le sujet, à se joindre à eux pour le combat.

Pour les membres de l’Urgence panafricanistes, le Burkina ne doit pas rester en marge de cette date «historique». Ils entendent donc organiser une grande marche le 16 septembre prochain à Ouagadougou. Par ailleurs, Hervé Ouattara a affirmé être prêt à accueillir Kémi Séba même si le gouvernement burkinabè a une position qu’il qualifie d’«ambiguë». «J’ai demandé à Séba de mettre le Burkina en premier sur la liste de sa prochaine destination», a ajouté M. Ouattara. Sur la venue du président français, Emmanuel Macron en novembre prochain à Ouagadougou, Hervé Ouattara et ses camarades entendent lui réserver un accueil «chaleureux». Pour lui, c’est l’occasion de dire «certaines vérités» à M. Macron.    

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir