Aujourd'hui,
URGENT
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 
Afrique: l'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba après 20 ans de conflit (RFI)
Burkina: l’Union européenne offre plus de 4 milliards de FCFA pour la modernisation de l’enseignement franco-arabe (AIB)
Haïti: le Premier ministre Jack Guy Lafontant démissionne à la suite des violences urbaines

ECONOMIE

L’espace aérien burkinabè s’est enrichi d’une nouvelle compagnie : Air Sarada International. Créée en 2015, la compagnie privée, qui va opérer son premier vol au cours de cette semaine, entend révolutionner le secteur du transport aérien par des innovations inclusives afin de répondre aux préoccupations de toutes les couches sociales et sensibilités en matière de voyage et du transport sécurisé de personnes et de biens. Dans le cadre du lancement officiel de leurs activités, les dirigeants de la nouvelle compagnie étaient face à la presse ce lundi 19 juin 2017 à Ouagadougou.


Le point de presse a été essentiellement animé par le promoteur, Daniel Rasmané Sawadogo, Président du conseil d’administration (PCA) et Louis Barbeau, le directeur général adjoint et directeur qualité. Air Sarada International a pour ambition, expliquent ses premiers responsables de s’inscrire dans la promotion d’un secteur aérien compétitif et alignant les objectifs d’un développement socioéconomique des communautés à l’intérieur du pays.  Et pour ce faire, elle propose des vols réguliers de Ouagadougou vers les villes de l’intérieur et de ces villes vers la capitale. Ouahigouya et Bobo Dioulasso,  la capitale économique, seront également reliés par des vols directs opérés par Air Sarada International.

Vol inaugural ce 22 juin
La compagnie va desservir dans un premier temps, les villes de Bobo Dioulasso, Ouahigouya et Fada N’Gourma. « La particularité de Air Sarada est qu’elle va opérer au plan national. Vous savez bien qu’actuellement, il y a l’insécurité et il y a certaines routes reliant des villes qui ne sont plus praticables. Ce qui crée évidemment des problèmes de liaison entre la capitale et les autres régions du pays. Les vols de Sarada International vont ôter le problème d’insécurité de la tête des voyageurs et surtout réduire le temps de trajet. Tout cela va rendre fluide le trafic de tel sorte que les commerçants peuvent aller à Ouagadougou en peu de temps, faire les achats et revenir dans leur ville en toute sécurité et en moins de temps », a fait savoir le promoteur de la compagnie, Daniel Rasmané Ouédraogo.

Après les villes de l’intérieur, la compagnie, qui a pour slogan « pour vous, nous réinventons le voyage », entend desservir dès le mois de septembre prochain les villes de Bamako au Mali et de Bouaké en Côte d’Ivoire. Pour assurer toutes ces rotations, Sarada International dispose d’une flotte diversifiée, fiable et viable de trois aéronefs : un CTLS1 passager, un Piper Cheerokee 6 (PA32-260) six places et un Let41OUVP de 17 places. A terme, la compagnie compte acquérir un ATR42-320 de 48 places et un ATR72-500 de 72 places pour la catégorie des vols réguliers domestiques.

Le vol inaugural est prévu en principe pour ce 22 juin à destination de Bobo Dioulasso. Les billets seront à la portée de tous, assure le promoteur: « pour nos vols réguliers, nous vous proposerons des coûts préférentiels et défiant toute concurrence ». Les coûts pour les vols de l’intérieur oscilleront entre 20 et 40 mille francs CFA.
En plus des vols réguliers, la compagnie dispose de plusieurs offres : la location de jets privés, l’organisation de vols VIP, l’évacuation sanitaire par voie aérienne, le baptême de l’air et les vols de loisirs, l’assistance voyage, le largage para, le tourisme aérien et le transport de fret.

Une compagnie à jour vis-à-vis de la règlementation
« Air Sarada, c’est avant tout une équipe de professionnels confirmés, dynamiques et polyvalents dans le secteur du transport aérien. L’innovation de notre service permet à tout citoyen de faire du transport aérien, son moyen de déplacement. (…) Pour pouvoir fonctionner et vous assurer une qualité à bord, nous avons aussi mis en place un système qualité qui est basé sur les dispositions règlementaires de l’aviation civile nationale et internationale », précise de son côté Louis Barbeau, directeur qualité.  Pour plus de fiabilité, la compagnie dispose d’un réseau de partenaire en France, en Ukraine et au Maroc etc.

Une compagnie qui est à jour vis-à-vis de la règlementation en matière d’aviation selon Azakaria Traoré, inspecteur de l’aviation civile burkinabè représentant le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) : « Nous avons toujours accompagné Air Sarada jusqu’à ce que le processus de certification aboutisse à la délivrance du permis d’exploitation aérien qui est un document qui permet de certifier que le postulant au transport aérien commercial remplit les normes règlementaires. (…) Ce processus qui compte cinq phases a démarré avec la compagnie il y a deux ans de cela ».

In fine, la compagnie par son système de qualité performant entend atteindre ses missions telles le développement socio - économique du Burkina Faso en facilitant les échanges commerciaux entre la capitale et ses différentes régions, le désenclavement intérieur du Burkina Faso et  la satisfaction de la clientèle par une offre adaptée à sa demande.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé