Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

Selon ses promoteurs la Fibo a atteint sa maturité (Ph. SM)

ECONOMIE

La 6e édition de la foire internationale de Bobo-Dioulasso (Fibo) aura lieu du 25 mars au 1er avril prochain sous le thème : « Industries agroalimentaires et professionnalisation des acteurs pour une Afrique émergente ». L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse le mardi 14 mars 2017 par les promoteurs. Une semaine durant, les acteurs de la filière agroalimentaire des pays de l’Uemoa et de la Cedeao se rencontreront donc sur le site de la Semaine nationale de la culture (SNC) pour la promotion de leurs produits et des échanges entre professionnels du secteur.


La Fibo est à sa dixième année. Rendez-vous du 25 mars au 1er avril, toujours sur le site de la SNC. Entre expositions-ventes, conférences, excursions touristiques… les acteurs de la filière agroalimentaire des pays de la sous-région Uemoa- Cedeao communieront avec des milliers de visiteurs, dans une ambiance des plus festives. Selon le comité d’organisation, il y aura également des exposants venus du Pakistan ; le Port autonome de Cotonou s’est annoncé. Un plateau est également réservé à des institutions de recherche scientifique et technologique. Au total, il est prévu à l’occasion de la Fibo 2017, 150 stands d’exposition.

Ces noces d’étain représentent la maturité de la Fibo, selon l’abbé André Ouattara et ses collaborateurs. Aussi, la Fibo qui se veut une vitrine de l’agroalimentaire dans la sous-région voudrait pleinement s’immerger dans ses objectifs qui sont, entre autres : transformer Bobo-Dioulasso en un pôle d’affaires et de croissance économique, développer la ville comme centre de transit en matière de produits agroalimentaires et faire de la ville de Sya l’épicentre de la coopération transfrontalière en matière agroalimentaire.

Justement, en termes d’innovations,  les promoteurs de la Fibo ont initié des contacts avec le ministère des Affaires étrangères ainsi qu’avec la représentation de la Cedeao. A long terme, la Fibo a pu acquérir un terrain de 7 ha à Yéguéresso, à environ 15 km à la sortie est de la ville, et sur lequel terrain sera construit le parc des expositions. Par ailleurs, il est prévu un protocole entre la foire et la commune de Bobo-Dioulasso. Egalement, les promoteurs comptent mettre en place d’ici à deux ans un réseau de multi acteurs qui sera appelé «Réseau des acteurs professionnels pour la gestion et l’exploitation de la Fibo ».

Mais en termes de bilan, au plan financier, quoique modestes, les réalisations sont en pleine croissance. Si la première édition a connu un déficit de 9 millions de F CFA (environ 37 millions de F CFA pour les dépenses contre des recettes de l’ordre de 27 millions de F CFA), la cinquième édition de la Fibo a vu les recettes et les dépenses équilibrées à 30 millions de F CFA. La première édition a enregistré 30 000 visiteurs contre 60 000 visiteurs en 2015 à la cinquième édition. Pour 2017 il est envisagé un budget équilibré à 40 millions de F CFA avec une prévision de 70 000 visiteurs.

Selon le financier de la Fibo, Denis Kima,  les subventions de la première édition représentaient 78% du budget contre 9% à la 5e édition. Ce qui montre, a-t-il souligné, que la Fibo est en train d’atteindre son autonomie. « Il ne reste plus qu’aux acteurs de l’agroalimentaire et aux autorités locales d’accompagner cette croissance pour faire en sorte que la Fibo devienne réellement un instrument de développement économique de Bobo-Dioulasso et de la sous-région », interpelle-t-il.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé