Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Dans le cadre de  ses activités, l'Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso (AJM-BF) a effectué une visite sur le site d’exploitation de la mine d’or d’Essakane gérée par la société Iam Gold. Les participants à cette excursion ont pu toucher du doigt les réalités de fonctionnement d’une société minière en pleine exploitation.

Une vue des paricpants.

Yaoundé accueille du 30 janvier au 1er février, un forum sur la fraude et la corruption dans les mines en Afrique francophone. Organisé par le PASIE (Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive en Afrique francophone subsaharienne), en partenariat avec les services de contrôle supérieur de l’Etat du Cameroun, le CREFIATF et  COWATERSOGEMA, ce forum vise à outiller les instituts de contrôle  (cours des comptes, société civil, acteurs étatiques œuvrant dans la lutte contre la fraude, médias, …) à mieux lutter le phénomène.

Le Conseil national de la Transition (CNT) a adopté en novembre 2015 une nouvelle loi portant règlementation de la publicité au Burkina Faso. Le gouvernement a acté cette nouvelle disposition à travers la prise du décret d’application de la loi le 12 juin 2017. Ledit décret a donné un délai d’une année aux acteurs pour qu’ils se conforment à la loi. Pour les Publicitaires associés, organisation faîtière des publicitaires, qui ont rencontré la presse ce jeudi 25 janvier 2018 à Ouagadougou, l’application effective du nouveau code de la publicité va assainir le milieu de la communication et de la publicité au Burkina.

Tyfa Fatimata Konaté est résolument engagée dans la promotion de l’entreprenariat féminin. L’association «Elles entreprennent» dont elle est l’initiatrice, se veut une véritable tribune d’expression pour jeunes femmes entrepreneures. C’est donc dans cette dynamique qu’elle a mis sur le marché, «Mes idées», un guide sur l’entrepreneuriat. Le lancement de l’ouvrage a lieu le samedi 20 janvier 2018 à la maison de l’entreprise de Ouagadougou.

Le Burkina Faso s’est doté en décembre 2017 d’un nouveau code général des impôts, riche de 821 articles. C’est dans le but de diffuser cet outil essentiel dans la fiscalité d’un pays que la direction générale des impôts (DGI) a mis sa vulgarisation au centre de la 4e édition de sa rentrée fiscale tenue ce lundi 15 janvier 2018 à Ouagadougou. « Le code général des impôts, un outil pour une meilleure mobilisation des ressources »est le thème de la présente rentrée. 

Du 16 au 17 janvier 2018, se tiendra à Ouagadougou une conférence internationale avec pour thème «gouvernance, démocratie et affaires». Elle est organisée conjointement par le gouvernement burkinabè, à travers le ministère en charge des Affaires étrangères, la Chambre de commerce du Burkina, la Chambre de commerce américaine et une organisation de la société civile américaine.  Cette conférence est née de la volonté du président du Faso lors de son séjour en septembre dernier au «Burkina day» à New York. Le chef de la diplomatie burkinabè Alpha Barry, a rencontré la presse ce lundi 15 janvier 2018 afin de décliner les grandes lignes de cette rencontre. 

Photo: J-N. Woumo

La Sofitex (Société burkinabè des fibres textiles) a signé ce vendredi 12 janvier 2018 à Paris, au siège de l’ambassade du Burkina Faso, une convention de financement avec un pool de banques internationales constitué de la Société Générale, de la Société Financière Internationale et de BNP Paribas.

Dans le cadre de la 19ème édition de la masse commune de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) qui se déroule cette année au Burkina Faso, les sociétés des loteries et Pari mutuel urbain (PMU) des pays membres de l’Uemoa, ensemble mais dans la main, ont offert une infrastructure éducative à la commune rurale de Sandogo dans la province du Kourwéogo. D’une valeur de plus de 61 millions de F Cfa, ce joyau est un soulagement pour les élèves qui avant, devraient parcourir au moins 25 kilomètres pour trouver un collège. Ce geste des pays des loteries de l’Uemoa vient consolider une fois de plus l’intégration sous régionale. La cérémonie inaugurale a eu lieu le mercredi 10 janvier 2018 dans ladite commune.

Après le Benin, le Burkina Faso abrite cette année la 19ème édition du tirage de la Masse commune Uemoa des loteries. Ce lundi 8 janvier 2018 à Ouagadougou, en présence des différents directeurs généraux des loteries nationales des pays membres, a eu lieu la cérémonie d’ouverture des travaux de cette édition. Elle a été présidée par le ministre délégué chargé du budget, Edith Clémence Yaka, représentante du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement.

L’Association Wa-mêdô ou encore «Viens nous construire» en langue mooré, organise une foire dénommée «Consommons local». Placée sous le thème «Consommation des produits locaux et création d’emploi : stratégies et engagements nationaux pour la dynamisation du secteur de productivité», cette foire qui se tient du 19 au 25 février 2018 à Ouagadougou vise à valoriser et à promouvoir les produits made in Burkina.

« Créer l’entreprise répondant à son projet de vie » et « Financer, gérer et développer son entreprise », sont les deux derniers ouvrages en date de Nazi Kaboré. Ceux-ci interviennent après la publication un peu plus d’un an après de la série de livre « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? ». Toujours fidèle à ses principes, l’auteur à travers ses écrits entend accompagner les créateurs d’entreprise dans leur démarche et surtout parvenir à une excellente gestion de leur entreprise. Lesdites œuvres ont officiellement été présentées le 26 novembre 2017, à l’occasion de la Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO). 

Le ministre d’Etat en charge de la sécurité Simon Compaoré et son homologue en charge des Transports Souleymane Soulama ont rencontré le mardi 2 janvier 2017 l’organisation des transporteurs et celle des chauffeurs routiers.  Les échanges ont porté sur la réduction des postes de contrôle et la reprise du  paiement de la redevance  au poste de contrôle juxtaposé de Cinkansé qui était suspendu depuis août dernier suite à l’altercation entre chauffeurs routiers et forces de l’ordre.