Aujourd'hui,
URGENT
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer

CULTURE

Quel regard porte-t-on sur le droit d'auteur au Burkina? Quelle appréhension les principaux bénéficiaires, notamment les créateurs et auxiliaires de la création ont-ils du droit d'auteur? Comment la gestion collective de ce droit est-elle effectuée au Burkina? Quels sont les flux des revenus des auteurs, artistes-interprètes, éditeurs et producteurs d'œuvres littéraires et artistiques? Quelles est la corrélation entre le droit d'auteur et les industries culturelles créatives? C'est à ces différentes interrogations que Wahabou Bara dit Walibi Bara, Directeur général du Bureau burkinabè du droit d'auteur (BBDA), essaie de répondre dans son livre "Droit d'auteur: comment en tirer profit?". Un livre dont la dédicace à eu lieu ce mardi 3 septembre 2019 à la médiathèque de Ouagadougou.

dans une approche pragmatique, Walib Bara aborde les fondamentaux du concept du droit d'auteur et des droits voisins permettant une assimiliation et une appropriation aisée par les parties prenantes du droit d'auteur. L'auteur traite également de la complexité de la gestion collective, à travers le fonctionnement du BBDA avec ses forces et faiblesses et propose de nouvelles orientations pour une amélioration de celle-ci.

L'œuvre comporte trois parties. Dans la première : "Droit d'auteur : concepts, enjeux et défis au Burkina Faso", l'auteur s'intéresse aux généralités sur le droit d'auteur et sa mise en œuvre à travers la gestion collective par le BBDA qui connait un encadrement juridique au triple plan national, régional et international. Dans cette partie, l'auteur définit le droit d'auteur, les œuvres protégées par le droit d'auteur, la nomenclature des titulaires de droit d'auteur et des droits voisins, la source de l'impossibilité de la gestion individuelle par les titulaires de droit d'auteur et de droits voisins qui légitime l'action du BBDA.

Dans la deuxième partie du livre : "Droit d'auteur et industries culturelles et créatives", l'auteur donne la parole aux bénéficiaires du droit d'auteur et des droits voisins. Sans langue de bois, ces titulaires de droit d'auteur et des droits voisins, donnent leurs lectures du droit d'auteur et jettent un regard sur le fonctionnement du BBDA. La contribution du bureau de droit d'auteur dans l'action culturelle et la protection sociale des artistes est évoquée dans cette seconde partie du livre.

Enfin, la troisième partie du livre : "Portée économique du droit d'auteur", l'auteur parle des sources de revenus des différents titulaires de droit d'auteur et des droits voisins. Il cite les segments porteurs du droit d'auteur dans la musique et les nouveaux modèles économiques issus du numérique. En guise de conclusion selon Walibi Bara, au regard de son rôle dans l'écosystème culturel, le droit d'auteur doit désormais être considéré comme un vecteur de croissance. La gestion de ce droit d'auteur par l'entremise de la gestion collective à travers le BBDA, constitue selon lui, un outil de rayonnement de la culture burkinabè. "Il participe au renforcement des liens sociaux entre les créateurs d'un même bureau et entre sociétés sœurs, et constitue enfin, une source d'attractivité des territoires. A l'ère du basculement au numérique, le droit d'auteur doit s'adapter aux nouveaux modèles économiques devenus hégémoniques avec le transfert de valeur peu favorable aux titulaires de droit", a indiqué M. Bara.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé