Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

CULTURE

Dans la soirée du vendredi 28 juin dernier à Ouagadougou, l’artiste Bam Rod à l’état civil Raudrik Alidou Bamogo a, au cours d’une conférence de presse, présenté sa première œuvre discographique «Wisgue» signifiant «Bats-toi» en langue nationale mooré, selon son staff. 

Chanté en mooré et en français, l’album composé de huit titres est un «creuset de thèmes qui visent à éveiller les consciences en abordant de façon différentes la vie de tous les jours», en à croire l’artiste. «Ce sont de manière expresse: les dangers liés aux jeux de hasard, le travail, la vie, la mort, l’amour, le mariage… Un album aux rythmes cadencés et tempérés, accommodé au Rap, à l’Afro-pop et à la dance hall dans une conjugaison de sonorités modernes et traditionnelles» a expliqué Bam Rod, commerçant de profession.

L’album «wisgué» est composé de titres tels que «Tiercé» qui, selon l’artiste est un cri d’espoir lancé à l’endroit de la jeunesse burkinabè. Il pointe du doigt les jeux du hasard. Pour l’artiste, «c’est au bout des efforts que l’on se réalise et peu importe l’endroit où tu te trouves, il faut toujours garder espoir». Il a fait savoir que ce titre n’a pas été financé par la  Lonab comme le prétendent beaucoup de ses fans.

Dans cet album, on y trouve «Wisgue» comme titre signifiant «qu’il faut travailler, accepter suer pour voir ses rêves se réaliser». «Le travail émancipe tout le monde» a lancé l’artiste. Il y a également des titres tels que «Dance hall» qui invite à saisir le moment présent, «Tuuma/Travail» dans lequel l’artiste rappelle que c’est le travail qui fait l’Homme, «Viima looda» la vie passe, aucun retour en arrière n’est possible. Il y a aussi «M’Neda », « Amour fort » qui est un featuring avec l’artiste Nourat. Enfin pour l’artiste, la vie ne se conçoit pas seul d’où le morceau «Mariage» pour dire que la vie est la résultante de deux âmes qui épousent les mêmes sentiments.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé