Aujourd'hui,
URGENT
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  

CULTURE

Dans la soirée du vendredi 28 juin dernier à Ouagadougou, l’artiste Bam Rod à l’état civil Raudrik Alidou Bamogo a, au cours d’une conférence de presse, présenté sa première œuvre discographique «Wisgue» signifiant «Bats-toi» en langue nationale mooré, selon son staff. 

Chanté en mooré et en français, l’album composé de huit titres est un «creuset de thèmes qui visent à éveiller les consciences en abordant de façon différentes la vie de tous les jours», en à croire l’artiste. «Ce sont de manière expresse: les dangers liés aux jeux de hasard, le travail, la vie, la mort, l’amour, le mariage… Un album aux rythmes cadencés et tempérés, accommodé au Rap, à l’Afro-pop et à la dance hall dans une conjugaison de sonorités modernes et traditionnelles» a expliqué Bam Rod, commerçant de profession.

L’album «wisgué» est composé de titres tels que «Tiercé» qui, selon l’artiste est un cri d’espoir lancé à l’endroit de la jeunesse burkinabè. Il pointe du doigt les jeux du hasard. Pour l’artiste, «c’est au bout des efforts que l’on se réalise et peu importe l’endroit où tu te trouves, il faut toujours garder espoir». Il a fait savoir que ce titre n’a pas été financé par la  Lonab comme le prétendent beaucoup de ses fans.

Dans cet album, on y trouve «Wisgue» comme titre signifiant «qu’il faut travailler, accepter suer pour voir ses rêves se réaliser». «Le travail émancipe tout le monde» a lancé l’artiste. Il y a également des titres tels que «Dance hall» qui invite à saisir le moment présent, «Tuuma/Travail» dans lequel l’artiste rappelle que c’est le travail qui fait l’Homme, «Viima looda» la vie passe, aucun retour en arrière n’est possible. Il y a aussi «M’Neda », « Amour fort » qui est un featuring avec l’artiste Nourat. Enfin pour l’artiste, la vie ne se conçoit pas seul d’où le morceau «Mariage» pour dire que la vie est la résultante de deux âmes qui épousent les mêmes sentiments.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir