Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)
Burkina: «Plus d'une dizaine de militaires» tués dans l’attaque de leur détachement
Soudan: le procès pour corruption d'Omar el-Béchir s'ouvre à Khartoum
Burkina: 270 776 personnes déplacées internes enregistrées à la date du 16 août, le plan d'urgence estimé à plus de 110 milliards de FCFA
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 
Soudan: le nouveau Premier ministre Abdalla Hamdok confirmé le 20 août

CULTURE

Tout comme dans les autres pays du monde, la fête de la musique a vécu à Ouagadougou. Le 21 juin dernier, l’artiste musicienne Mariam Koné du Mali a mis le feu à l’Institut français de la capitale du Burkina.


Mariam Koné est une auteur-compositeur interprète qui a étudié la musique à Bamako, au Mali. Les programmes d'échanges auxquels elle a participé lui ont permis de se produire dans de nombreux spectacles à travers le monde, avant de gagner en 2012 le concours «Les Talents de la cité» du Festival sur le Niger de Ségou, sous la houlette de Cheick Tidiane Seck. S'ensuit alors un premier album inspiré par les instruments traditionnels.

A l’occasion de la célébration de la fête de la musique, la rossignole de Kati a encore confirmé tout le bien qu’on dit d’elle en embarquant le public de l’Institut français de Ouagadougou avec elle, à travers sa voix envoutante. Durant 45 mn et avec ses musiciens, les mélomanes ont repris en cœur avec elle, une bonne partie de son répertoire. «Cette édition est un peu plus restreinte à cause de la situation sécuritaire mais j’avoue que c’est toujours un plaisir de venir jouer au Burkina», a confié celle-là même qui était sur ce même plateau de l’Institut français en 2014.

Du blues, la soul musique, la folk musique, sont autant de couleurs musicales qu’on retrouve dans le style de Mariam Koné. «République amazone» est le dernier album de l’artiste dans laquelle, elle dit retrouver la sensibilité de toutes les femmes africaines. Elle prévoit déjà beaucoup de concerts avec son prochain album qu’elle prépare pour 2020.

La scène de l’Institut français était bien riche ce 21 juin avec une bonne brochette d’artistes. Notamment AMEM, Wanrez, la Chorale laique, Djoufo Traoré, Burkin’by, Yaojah, H Pacino/ La cartouche/ Ivan Trays, Nira Blessing, Joël Vignon, Derka sang, Smile Keeper, Jazzmind, Largués sous Latérite.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé