Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort
Justice: la CPI rejette la demande de maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et autorise leur libération immédiate
Burkina: un citoyen canadien a été enlevé sur un site d’exploration minière situé dans la pronvince du Yagha (Région du Sahel)
Brexit: les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre
Justice: la CPI acquitte Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et exige leur libération immédiate
Ouagadougou: un mort dans une explosion dans une villa contenant des substances explosives au quartier Silmiyiri (arrondissement 9)
Football: Salitas FC a été battu (1-0) par Al Nasr de Benghazi au match aller du tour de cadrage de la Coupe de la Confédération
Mali: le Comité International de la Croix-Rouge dresse un bilan préoccupant de la situation humanitaire
Criminalité faunique: deux présumés trafiquants burkinabè interpellés avec des peaux de cinq félins par le ministère de l'environnement

CULTURE

Manga abrite la cérémonie (officielle) de commémoration de la 58e édition de la fête de l’indépendance du Burkina. A l’occasion, les Editions Sidwaya fait une exposition photographique à la Foire de l’indépendance.

L’objectif de cette exposition selon Issiaka Dabéré, chef service documentation et des archives aux Editions Sidwaya, est de faire en sorte que la nouvelle génération se remémore des devanciers dans tous les secteurs d’activité au Burkina. Première du genre, cette exposition connait une grande affluence après seulement deux jours d’ouverture de la foire. Du 7 au 12 décembre donc, les populations pourront découvrir pour certains et d’autres pour redécouvrir les hommes et femmes de toutes les couches socio-politiques du pays des Hommes intègres qui ont marqué leur temps.

Au total, ce sont des photos qui ont une durée de vie de plus de 45 années qui sont exposées. A l’image du bureau du feu président Thomas Sankara. «A travers cette photo, nous voulons montrer qu’aucune structure ne peut se targuer d’avoir l’image du bureau de Thomas Sankara si ce n’est Sidwaya. Compte tenu aussi que le capitaine a marqué son existence en passant un jour à 00h à Sidwaya pour encourager les ouvriers de l’imprimerie», fait remarquer M. Dabéré.

Pour lui donc, Sidwaya est une mine d’or que les Burkinabè doivent exploiter au maximum. Créé le 5 avril 1984, Sidwaya honore également le feu Paulin Bamouni, qui a été son premier Directeur général à travers ses photographies. Issiaka Dabéré estime qu’il n’est pas normal que ce soit les étrangers qui viennent s’enrichir avec les archives de Sidwaya qu’ils exploitent à d’autres fins.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé