Aujourd'hui,
URGENT
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer
Tunisie: l'universitaire Kaïs Saïed élu président au second tour de la présidentielle (Sondages)
Nobel: le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Tunisie: la justice a décidé de libérer le candidat à la présidentielle Nabil Karoui, en détention pour des soupçons de fraude fiscale
Fonds mondial: le montant des 14 milliards de dollars pour éradiquer le Sida, la tuberculose et le paludisme d'ici à 2030 a été atteint
Littérature: les Nobel de littérature 2018 et 2019 attribués à la Polonaise Olga Tokarczuk et à l’Autrichien Peter Handke
Fonds mondial: le Burkina Faso s’engage pour un montant d’un million de dollars soit près de 595 millions de FCFA
Ouagadougou: une importante quantité de déchets biomédicaux saisie par la Police municipale
Burkina: le collectif des syndicats de l’aéronautique civile suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures ( du 11 au 12 octobre)
Téléphonie: le Rwanda présente son premier smartphone « Made in Africa »

CULTURE

« Droit communautaire ouest africain : statut, composition, organisation, fonctionnement et procédure applicable des Cours de justice de l’Uemoa, de la Cédéao et de l’Ohada » du Dr Elie Sandwidi a été présenté ce samedi 27 octobre 2018, à l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki Zerbo. Dans cette œuvre, l’auteur fait savoir que les institutions communautaires ne doivent pas être vues comme des initiatives ou propriétés privées d’une tierce personne.

« L’union fait la force, dit-on et dans un monde désormais ouvert, où la mondialisation s’impose à tous, l’union devient une condition de survie de nos Etats, qui sont confrontés à de nombreux défis liés à la gouvernance et au mieux-être de leurs populations ». Ces propos du Dr Elie Sandwidi, explique en partie les raisons de la publication de son livre sur le droit communautaire.

Constitué de quatre chapitres, cet ouvrage de 378 pages, selon son auteur se veut être le canal par lequel les peuples pourront comprendre que « les processus d’intégration qui ont été mis en place par nos Chefs d’Etats, sont censés l’avoir été dans l’intérêt des peuples que nous sommes et que ces derniers représentent ». 

Ainsi, à travers les lignes de l’œuvre, ce docteur en droit public et magistrat de formation, révèle que les institutions communautaires (Uemoa, Cédéao, Ohada), ne doivent pas être vues comme des initiatives ou propriétés privées d’une tierce personne ou autre personnalité : « Ces institutions sont des biens publics qui nous appartiennent à tous, non seulement en tant que citoyens mandataires de nos chefs d’Etats et dans l’intérêt desquels les actions y sont menées, mais également en tant que contribuables communautaires et comme tels, principaux pourvoyeurs des moyens permettant à ces institutions de fonctionner », confie l’auteur. Ce livre est pour lui sa contribution à l’atteinte des objectifs poursuivis par les traités constitutifs.

Si le premier chapitre traite de l’analyse des principaux traités concernés (Uemoa, Cédéao et Ohada), les 3 autres relatent le fonctionnement des différentes Cours de justice de chacune desdites institutions. De façon spécifique, Dr Sandwidi fait savoir que le chapitre un, baptisé « les droits communautaires ouest africains impliquant les Etats d’Afrique de l’ouest : cadres juridiques », introduit la question. Ici, « les objectifs poursuivis par les différents traités y sont rappelés, et ce, après une revue des modifications successives opérées sur ces textes et leurs implications sur les objectifs poursuivis, et par voie de conséquence, sur les missions des juridictions communautaires ».

Par ailleurs, « le statut, la composition, l’organisation, le fonctionnement et la procédure applicable de ces différentes juridictions sont passées successivement en revue, avec plus de précision possible, garantissant au lecteur, une connaissance précise du sujet » a affirmé Elie Sandwidi, se prononçant sur le contenu des chapitres 2,3 et 4. L’ouvrage a relevé aussi des manquements, qui aux dires de l’auteur pourraient être comblés, en vue de « permettre aux juridictions communautaires d’assumer pleinement, de façon impartiale et indépendante leur rôle, en vue de la pleine réalisation des objectifs consignés dans les traités ».

En somme, ce sont des « conclusions intéressantes » sur les missions des juridictions communautaires en cause, qui sont tirées après lecture de l’ouvrage disponible au prix de 25.000 F CFA.   

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé