Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

CULTURE

L’artiste plasticienne Burkinabè, Ahoua Yaméogo présente une vingtaine d’œuvres à travers une exposition itinérante de peinture du 28 septembre au 21 octobre à Ouagadougou et du 26 octobre au 4 novembre 2018 à Koudougou.


Sous le thème : «Les amazones de l’ombre», l’exposition présentera une vingtaine d’œuvres de la dernière création de l’artiste. L’ensemble du travail de Ahoua Yaméogo s’articule autour de quatre sous thèmes que sont : «Les violences faites aux femmes et aux enfants» ; «La sauvegarde de l’environnement» ; «La présentation des valeurs culturelles africaines» et «Le métissage culturel».
Panafricaniste dans l’âme, Ahoua Yaméogo a choisi comme mascotte de son exposition, une figure emblématique d’Afrique pour laquelle elle voue un grand respect, notamment Winnie Mandela, l’ancienne Première dame d’Afrique du Sud. Pour Mme Yaméogo qui travaille beaucoup sur le figuratif, il y a deux types d’amazones de l’ombre. «Vous avez des amazones telles que Winnie Mandela. Parce que je reste convaincu que si Nelson Mandela est célèbre, c’est parce qu’il y a eu Winnie derrière lui. Mais ce qu’elle a récolté n’était pas à la hauteur de ce qu’elle a semé. Il y a des amazones telles que les femmes concasseuses de Ballolé. Comme elles, il y a des femmes qui naissent, qui font de grandes choses mais qui disparaissent sans qu’on ne connaisse leur existence», explique Ahoua Yaméogo.

Mais pour l’artiste, ces deux types d’amazones vivent les mêmes réalités dans le fond, dû à leur statut de femme. A travers cette exposition, Ahoua Yaméogo part d’une prise de conscience des conditions de vie des femmes victimes d’un oubli multiséculaire sur leur contribution à la mémoire du continent africain et sa diaspora. Elle se veut être témoin de son temps et susciter un espoir pour un avenir meilleur de la femme africaine. Les œuvres proposées à cette exposition qui va de Ouagadougou à Koudougou, sont un vibrant hommage rendu aux amazones de l’ombre, ces femmes qui à travers leur engagement quotidien et parfois dans le silence, se battent pour un peu de pain et de liberté et qui accomplisse un travail formidable de cohésion sociale et de paix. Sincère et déterminée, Ahoua Yaméogo partage ses émotions, sa frustration et sa révolte face à l’injustice faite aux femmes africaines à différents niveaux et dont les efforts et les mérites ne sont presque jamais reconnus dans un monde dominé par les «hommes».

Cette  exposition représentative de l’art contemporain africain, incarne la quintessence du parcours artistique de Mme Yaméogo. Avec ses toiles, elle fixe en image le fragile équilibre de la femme africaine et veut donner sens à l’existence de ces amazones de l’ombre. Des œuvres comme «Winnie ou la Raison d’Etat» ; «Fanico» ou encore «Les concasseuses de Ballolé», traduisent admirablement bien la contribution des femmes à l’œuvre de construction et de combat pour la survie. Rendez-vous donc à Ouagadougou et Koudougou pour découvrir ces toiles de lin que propose Ahoua Yaméogo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé