Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

CULTURE

A l’occasion de sa rentrée culturelle, la Confédération nationale de la culture du Burkina Faso(CNCB)  a tenu un point de presse ce jeudi 20 septembre 2018 à la maison du peuple de Ouagadougou. Au cours de cette  rencontre, les acteurs,  tous artistes, créateurs et professionnels du secteur de la culture  ont réaffirmé leur engagement à continuer la lutte à travers diverses actions de solidarité, de communication et de sensibilisation pour la paix et la sécurité au Burkina Faso.

« Il est de coutume à pareil moment de l’année de célébrer la rentrée culturelle au Burkina Faso » a fait remarquer Vincent Koala, président de la confédération nationale de la culture du Burkina.  « Cette rentrée 2018 est marquée par l’urgence, celle de mobiliser les artistes, les créateurs et les professionnels pour la paix et la sécurité, gage de notre unité, de notre unicité et de notre développement national. Elle est donc sous le sceau de l’engagement de tous, de notre engagement à réaffirmer notre foi patriotique : la patrie ou la mort nous vaincrons »  a-t-il  ajouté.

Selon les conférenciers du jour, en plus de perturber les activités économiques, sociales et culturelles, d’exacerber la diversité des croyances et de fragiliser l’unité et la cohésion nationale, les actes terroristes touchent directement à leurs activités.  «  Notre  secteur est l’un des plus touché  avec une baisse drastique des activités artistiques et culturelles, celle des arrivées touristiques, des loisirs et des divertissements.» a signalé le responsable.

Au-delà de tout clivage, de toutes partisanneries, les membres de la confédération nationale de la culture du Burkina en collaboration avec Fédération de la filière des arts plastiques et appliqués(Fefapa) ; l’union nationale de la musique enregistrée(Uname) ; l’union nationale des cinéastes du Burkina (UNCB) ; le groupe des réseaux associatifs des acteurs du livre(Graal) ont lancé un  « vibrant » appel aux artistes , aux créateurs et professionnels du secteur de la culture du Burkina à soutenir et encourager les forces de défense et de sécurité. Il leur a aussi été demandé de produire et de diffuser des messages de paix et de solidarité afin de booster le terrorisme hors du territoire du « pays  des Hommes intègres ». 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé