Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

CULTURE

Produit par la Cour du Naaba du musicien Alif Naaba, l’album de 12 titres de l’artiste Nabalüm a été présentée officiellement à travers une conférence de presse, à Ouagadougou le vendredi 20 juillet dernier. Par cet album, Nabalüm invite ce qu’on l’accepte tel qu’elle se présente d’où l’avoir intitulé « Saké », en langue mooré qui signifie en français « accepte ».

Après s’être dévoilée au public burkinabè grâce à « M’yameh », sa première production qui n’était qu’un EP, cet artiste de l’écurie « La Cour du Naaba » était plus qu’attendue pour la suite de sa carrière. D’autant plus   que pour ses premiers pas, il y a deux ans de cela (2016) elle avait été considéré comme la révélation et l’espoir de la musique burkinabè.

A cette attente, elle a su répondre présente avec « Saké », son premier album. Dotée d’une voix suave, profonde, généreuse et aussi pleine d’émotions, Nabalüm exprime ses émotions en chanson dans une musique universaliste, qualifiée par Alif Naaba, son mentor et à la fois directeur artistique comme étant des codes pour s’ouvrir au monde.

Chantés en anglais, français, dioula et mooré, les titres de Nabalüm traitent aussi bien de sujets d’ordre socioculturel, que sentimental. Ainsi, avec les titres « from where » et « Black », la jeune artiste affirme et assume son appartenance au continent africain. « Mdolé » et « Noka » abordent la question de l’amour. Toutefois, elle ne manque pas de pointer du doigt les hypocrites, à travers le titre « Munafiqoon ». Mais également, tout en invitant à scolariser les filles (Lécolé), cet autodidacte, interprète, auteur-compositrice ne manque de «rendre grâce à Dieu » avec le titre « Wendé ».

Avec en ligne de mire de confirmer tout le bien dit à son sujet et de s’imposer, Nabalüm entend à travers ce premier pas se faire « accepter », car tout part de là. Elle confie, « c’est par acceptation que je fais la musique. C’est par acceptation que vous avez décidé de venir me soutenir. C’est par acceptation que nait l’amour ». Comme pour dire que pour ce premier album, le titre « Saké » a tout son pesant.       

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé