Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

CULTURE

Le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) du Burkina a lancé son 2è appel à projets ce vendredi 29 juin 2018. D’un montant global de 939 millions de francs CFA, ce montant permettra ainsi aux acteurs culturels et touristiques, de bénéficier de l’appui de l’Etat pour la réalisation de leurs projets.

Pour dynamiser les industries culturelles et touristiques, le gouvernement burkinabè a mis en place un fonds national de financement intitulé Fonds de développement culturel et touristique (FDCT). Le premier appel à projets du FDCT, lancé le 30 mai 2017, a permis de réceptionner  417 dossiers, à savoir 262  projets pour la subvention et 155 pour le prêt. Ainsi donc, sur un besoin de 5,6 milliards de francs CFA, le FDCT n’a reçu que 580 millions de francs CFA.

Cette année, le 2è appel à projets mobilisera au total la somme de 939 millions de francs CFA. Soit 242 millions de francs CFA pour les crédits directs, 45 millions de francs CFA pour les avances sur recette et 152 millions de francs CFA pour les subventions. Si la réception, la centralisation des dossiers, les travaux d’analyse, la délibération, la formation des bénéficiaires, la mise en place des financements et les premiers déblocages des fonds connaitront des délais plus réduits, il n’en demeure pas moins que les défis à relever restent encore énormes.

«La mobilisation substantielle des ressources financières ; la tenue régulière des cadres de concertation entre le FDCT, les partenaires techniques et financiers et les promoteurs ; le lancement périodique de l’appel à projets ; le renforcement de la structuration et la professionnalisation du secteur de la culture et du tourisme ; la déconcentration progressive de l’action de financement des projets culturels et touristiques sont autant de défis, pour lesquels des actions ont déjà été engagées», souligne Alphonse Tougouma, directeur général du FDCT.

Pour le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, le besoins en termes de financement est réel. «Je mesure les attentes des uns et des autres vis-à-vis de ce fonds. Vos attentes sont si grandes, si diverses et spécifiques. Mais notez bien que sans votre réelle implication, il serait difficile d’aboutir aux résultats escomptés», reconnait le ministre Sango. Conforté par le dynamisme des acteurs culturels, Abdoul Karim Sango a promis de continuer le plaidoyer auprès du gouvernement et d’autres partenaires, pour accroitre la capacité financière du FDCT.

Les dossiers sont recevables du 14 juillet au 13 août 2018 et concernent les entreprises culturelles et touristiques, les associations et coopératives culturelles et touristiques, (légalement constituées) et l’administration culturelle et touristique. Les filières éligibles sont la musique (disque et spectacle) ; le cinéma et l’audiovisuel ; le livre et presse ; les arts visuels ; les arts de la scène ; le patrimoine culturel ; les métiers d’art ; la mode et le design ; e tourisme culturel ; les TIC (logiciel et multimédia) ; l’hébergement touristique ; la restauration touristique ; le transport touristique ; le tour operating et l’équipement des agences de voyage ; la chasse et la vision, le guidage ; l’aménagement de sites ; l’attraction et l’animation touristiques.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé