Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

CULTURE

Jeune femme très ambitieuse qui n’a pas froid aux yeux à travers son activisme, l’artiste Cendrime Nama, chef d’entreprises burkinabè est bien connue  des mélomanes. Loin de la scène musicale depuis quelques années, elle y revient avec un nouveau single intitulé «Afrika yé» derrière lequel, elle instaure un concept et entend mettre en exergue les valeurs africaines. Dans cet entretien, celle qui croit que les jeunes leaders du continent doivent se baser sur leurs propres ressources pour aller de l’avant, nous parle de son dernier né et de ce projet.

Fasozine : Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de revenir sur la scène ?
Cendrine Nama : Je chante et je parle avec mon cœur. Je parle de cœur à cœur donc je prends le temps d’essayer de fournir des choses telles que je les ressens. C’est vrai que j’ai pris du recul pour gérer des activités connexes, de mettre certains plans en route avant de pouvoir laisser libre cours à ma passion qu'est la musique.

«Africa yé» c’est quoi au juste ?

«Africa yé» est une chanson qui enjoint les fils et filles d’Afrique  à plus de solidarité pour un meilleur rayonnement  et positionnement de l’Afrique. C’est dire simplement qu’il est temps pour chaque fille et chaque fils d’Afrique, de revaloriser son continent. L’Afrique est un patrimoine avec des  richesses, une diversité dont on doit être fier. L’Afrique, c’est de la créativité,  une expertise et un savoir-faire local, c'est la force et le dynamisme d'une population jeune. Il est plus que temps que nous en prenions conscience et que nos efforts tant au niveau des classes politique qui doivent travailler à rendre les rêves réalisables en Afrique, qu’au niveau des populations de base convergent dans ce sens-là.

Que comptez-vous faire justement pour changer les choses ?

Toute ma vie est un engagement sur les questions qui me tiennent à cœur et cette chanson s'inscrit dans la même ligne de conduite. Avec  «Africa yé», c’est déjà en premier lieu dire merci à mon public. Merci pour m'avoir gardé dans leur cœur. Merci pour ces nombreux messages, me demandant quand est ce que je reviens. A travers «Afrika yé», j'espère apporter ma modeste contribution à l'édification d'une Afrique plus rayonnante. C’est d'ailleurs l'esprit du challenge qui a accompagné l'avant sortie du single.  Ou il s'agissait de poster sur les réseaux sociaux, une photo de soi, arborant ou consommant des produits made in Africain.

Ce challenge va-t-il s’arrêter à cette première étape sur les réseaux sociaux ?

Nous avons plusieurs visées mais il s'agissait de voir l’engouement que cela discuterait. Des personnes de tous les horizons se sont engagées dans ce challenge à travers des posts du genre «je consomme ceci, j’utilise cela, je valorise ceci etc.» Et il y avait beaucoup de fierté à faire cela et nous espérons pouvoir l’étendre à une plus grande dimension.

Le prochain album est prévu pour quand après ce single ?

On espère avant la fin de l’année et ce single est tiré de l’album qui va porter le même nom «Afrika yé».

Dans quelle catégorie professionnelle peut-on classer Cendrine Nama aujourd’hui ?

Ça a toujours été la question à laquelle j'ai un peu de mal à répondre .Je suis diplômée d’un master en management des projets. Je suis entrepreneure ou chef d’entreprise si vous préférez. Aujourd'hui j'ai élargi mon domaine d'intervention sur la mise en œuvre de projets de développement durable axé sur l'implication des communautés. La culture de la paix et de la résilience sont des questions directrices du processus.

Quelle analyse faites-vous de l’actualité politique du Burkina en rapport avec  «Afrika yé» ?

Au Burkina, nous avons atteint un certain niveau de conscientisation. La jeunesse est de plus en plus intéressée aux questions qui les concernent. Elle prend de plus en plus part aux décisions qui les concernent. Maintenant il faut faire attention à ne pas travailler à contrecourant de nos objectifs. Le Burkinabè a des valeurs pour lesquelles Il est admiré et respecté et je pense que nous devons protéger voir perpétuer ces valeurs tout en continuant à nous impliquer à faire du Burkina une nation plus forte ou nous pourrons avoir la chance de nous réaliser et de nous accomplir. Le Burkinabè, c’est l'ardeur au travail, le respect, l'intégrité, la solidarité et la tolérance Pour un mieux vivre ensemble. Nous pouvons poser nos  revendications et exiger le meilleur dans le respect de ces valeurs. Nous devons promouvoir le civisme, essentielle lorsque nous vivons dans une communauté. Nous devons éduquer nos enfants et éduquer nos populations car l'éducation reste la première arme contre l'obscurantisme base de tous les grand maux que nous connaissons aujourd'hui. Nous devons construire et être des repères pour ceux qui nous suivent.

«Afrika yé» est chanté en quelle langue ?

«Afrika yé» est chanté en mooré et en français.

Quelles sont les perspectives ?

Le single est sorti le 6 juin 2018 et est en rotation sur  la plupart des plateformes, les chaines de radios, télés. Pour le moment  le retour est plutôt positif. Il y a de l’engouement et je reçois beaucoup de messages d’encouragement. J’espère qu’«Afrika yé» pourra faire son petit bonhomme de chemin et aussi impulser la force qu’il faut pour pouvoir faire venir au plus vite l’album.




   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé