Aujourd'hui,
URGENT
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain

CULTURE

Diakité Diafodé Kaba Alexandre est promoteur culturel et directeur de 2Dka Prod, une structure de production et d’évènementiel à Bobo-Dioulasso. Dans cette interview, il fustige la non implication des acteurs culturels locaux dans l’organisation de la Semaine nationale de la culture (SNC) qui se tient tous les deux ans dans la ville de Sya.


Fasozine : Comment percevez-vous la SNC ?

Diakité K. A. : La SNC pour moi, c’est la tribune biennale de la promotion et de la valorisation de la culture burkinabè. C’est donc une très bonne opportunité. Et  il fallait la créer si elle n’existait pas, parce que le Burkina est un pays essentiellement culturel avec le Fespaco, le Siao, le Sitho etc. Donc il est normale que le Burkina ait une semaine dédiée à sa culture.

Quel est le profit que les acteurs culturels locaux tirent de la SNC ?

Tiré profit c’est trop dit parce que l’initiative est noble et louable mais il y a beaucoup de choses à revoir sur le plan de l’organisation. Parce que l’organisation de la SNC doit être beaucoup plus professionnelle après 18 éditions. Il y a un sérieux problème même dans l’implication des acteurs locaux. La SNC semble être une grande foire où les gens viennent se balader.

Pourtant les autorités disent avoir confié l’organisation aux acteurs locaux ?

Je ne sais pas de qui on parle lorsqu’on parle d’acteurs locaux. En tant que membre de la Fédération des entrepreneurs culturels et évènementiels de Sya (Fecesy), je n’ai pas connaissance d’une quelconque implication officielle des acteurs locaux. Il s’agit peut-être des promoteurs de l’administration publique qui profitent de leur position. Bien au contraire, la Fecesy n’a reçu que trois cartons d’invitations et allez-y comprendre. Donc je ne sais pas à quel niveau se trouve l’implication des acteurs locaux.

Et que fait la Fecesy pour remédier à cela ?

Nous existons depuis un an seulement, donc nous sommes en pleine structuration de la structure. Mais au cours de cette SNC, nous avons sollicité une audience auprès du ministre de la Culture pour discuter de tous ces problèmes liés à l’organisation de la SNC. Nous allons également demander une plus grande implication des acteurs locaux. La SNC est pratiquement organisée à Ouagadougou. Et même lorsqu’on essaie de le faire à Bobo-Dioulasso, elle est dirigée par des gens qui viennent de Ouagadougou. Cela crée non seulement des frais de mission mais également des prises en, charge et ça devient de plus en plus lourd pour la SNC. Alors que la charge pouvait être moindre s’il  y avait une implication directe des acteurs locaux et que l’administration publique fait un contrôle.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé