Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

CULTURE

La compilation de musique burkinabè dénommée «Sons et images du Burkina», se veut un support par excellence de promotion de la musique burkinabè à l’extérieur. Après les volumes 1 et 2, Mamadou Maré revient avec le volume 3. L’œuvre a été présenté à la presse le 26 mars 2018 à l’occasion de la Semaine nationale de la culture à Bobo-Dioulasso.


Le moment choisi pour présenter cette compilation n’est pas fortuit selon Mamadou Maré, promoteur de l’œuvre. En effet, le monde entier est actuellement «branché» sur le Burkina pour découvrir le riche patrimoine que regorge ce pays à travers la SNC. «Comment faire connaitre les talentueux artistes du Burkina hors de ses frontières», c’est la préoccupation du promoteur de «Sons et images du Burkina». Depuis 2008, l’homme s’est engagé à faire découvrir les artistes burkinabè en Europe.

Après le volume 1 en 2008 et le second en 2011, le volume 3 de «Sons et images du Burkina», sorti en fin 2017 en France, est enfin sur l’ensemble du marché discographique. L’album comprend 10 titres déclinés sur deux supports. Un CD (audio) et un DVD vidéo).

L’opus rassemble les artistes musiciens burkinabè, les plus en vue en ce moment. Notamment Malika la slameuse, Nouss Nabil, Prince Zoetaba, Jesy Kankelen, Madess, Wedra, Alassane Zorgho, Dicko Fils, Miss Maya et Pamika. «J’ai voulu un album en sons et images parce qu’en France, les artistes musiciens burkinabè ne sont pas très connus. Donc, un album en sons et images offre une double occasion de les valoriser. Ils seront ainsi écoutés et regardés», souligne M. Maré.

Faisant parti de la compilation, Nouss Nabil estime que c’est une belle opportunité que Mamadou Maré offre ainsi aux artistes burkinabè. Ne dit-on pas que «l'identité est le pilier de la fierté royale». Et cette identité culturelle du pays des Hommes intègres, Mamadou Maré n’entend pas la perdre. Mieux, il compte l’exporter hors des frontières du Faso à travers cette œuvre malgré ses «maigres» moyens. «Je fais ce travail par passion et par patriotisme. Je m’y investis tous les jours, avec mes propres moyens, convaincu que nos efforts finiront par payer», espère M. Maré. En attendant d’éventuels partenaires et mécènes, Mamadou Maré ne désespère pas de voir un artiste burkinabè faire le plein de la mythique salle de Bercy ou de l’Olympia.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé