Aujourd'hui,
URGENT
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020

CULTURE

Le peuple Tiéfo ayant été grand conquérant  et ayant protégé farouchement son territoire, vit de nos jours les séquelles de l’adoption de la langue Dioula. Le risque qu’en court la communauté, la perte de sa propre langue, fait d’elle une culture en péril. D’où la contribution du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulasso à la reconstitution de la culture Tiéfo. Le vernissage des œuvres de cette communauté en péril s’est fait le dimanche 25 mars 2018 par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango à l’occasion de la 19è édition de la Semaine nationale de la culture au sein de l'institution muséale.

Selon Tènè Gnini, directrice du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulaso, le peuple Tiéfo serait vanu de Kong et s’était installé à Kassandé dans le département  de Sidéradougou, Province de la Comoé. Ils occupèrent progressivement les villages de cette localité. Notamment ceux de Piakorofesso, Taparga, Tanga, Sidéradougou, Déguédégué, Larma, DaramadougouDandougou, Gouédougou etc.

Occupant la partie Est et Ouest de la chaine des falaises de Koro à Banfora. Ils vivaient dans des maisons en terre battue avec une architecture semblable à celle des Bobo. Ils vivaient dans le village pendant la saison sèche où ils célébrèrent le repos des âmes des défunts et s’adonnèrent à d’autres activités quotidiennes. Aujourd’hui dispersés et assimilés à d’autres communautés dans les provinces de la Comoé et du Houet, les Tiéfo ont besoin de s’affirmer et de reconstituer leur culture.

Vaillants guerriers, ils sont des forgerons, des agriculteurs et des tisserants. La bravoure guerrière de Boua et de Amoro fut de Noumoudara, le quartier général des Tiéfo. Selon les explications des reponsables du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulasso, ils ont connu une renommée dans le temps en dehors des frontières. Ce qui explique la rivalité qui a existé entre autres, Samory Touré et Tiéfo Amoro Ouattara.

Le constat que fait les conservateurs des cultures et œuvres ancestrales burkinabè, est que depuis les années 1700,  Boua Ouattara, chef de guerre Tiéfo enlevé par Famagan Ouattara, élevé et éduqué à Kong, adoptera la culture Dioula. Rentrée au bercail et ne parlant que la langue Dioula, il amena ses sujets à ne communiquer que dans une autre langue que le Dioula. Banal au départ, le phénomène prendra de l’ampleur quand la communauté négligera la langue Tiéfo au profit de la langue Dioula.
C’est donc tout le sens de cette exposition sur ce peuple. Exposition qui se propose de participer à la réinsertion de la langue Tiéfo afin de la sauvegarder pour les générations futures. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé