Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Et c’est parti pour la 19è édition de la Semaine nationale de la culture (SNC 2018). C’est le Premier ministre Paul Kaba Thiéba qui a au nom du président du Faso, donné le coup d’envoi de la fête de la culture burkinabè ce samedi 24 mars 2018 à Bobo-Dioulasso en présence d’illustres personnalités.


«Sauvegarde des valeurs culturelles : enjeux et défis», c’est le thème de cette 19è édition de la SNC lancée officiellement ce samedi par le Premier ministre dans la ville de Sya. Pour Paul Kaba Thiéba, la SNC est un évènement important pour le Burkina parce que «la culture est le fondement de l’identité burkinabè, des valeurs qui font le Burkina, du vivre ensemble des Burkinabè, des arts culinaires, des croyances, des mythes et de la façon de danser des Burkinabè». Après avoir sonné les trois gongs qui donnent le top de départ de cet évènement qui a franchi les frontières du pays des Hommes intègres, le Premier ministre reste optimiste et affirme que la SNC 2018 s’ouvre sur de meilleurs hospices.

«Il est important que nous sachions préserver et enrichir ce patrimoine culturel que nous a légué nos devanciers. Ces valeurs culturelles, ce sont nos rapports à l’honnêteté, notre hospitalité, notre façon d’accepter et de s’ouvrir aux autres tout en s’enrichissant. Et c’est sur cela que nous pourrons fonder un Burkina émergeant et ouvert au monde», a laissé entendre le chef du gouvernement pour qui, on ne peut pas développer un pays sans ce fondement culturel.

Créée depuis 1997, la SNC vise à promouvoir la création artistique et littéraire, à revaloriser l patrimoine culturel national, le rapprochement et le brassage harmonieux des différentes formes d’expressions culturelles du Burkina et le renforcement de la coopération culturelle internationale. Cette année, ils sont près de 1300 artistes venus des contrés du Burkina à se rivaliser pour la conquête du Grand prix national des arts et des lettres (GPNAL).

La SNC dans sa vocation de plus grand festival culturel du Burkina, allie à la compétition dans les différentes catégories, un important volet festif à travers une diversité d’activités culturelles, artistiques et de loisir. Ainsi, la SNC se veut le cadre par excellence de valorisation et de promotion des biens et services culturels et de l’activité économique au Burkina.
Pour cette 19è édition, le choix a été porté sur deux éminentes personnalités nationales pour co-parrainer l’évènement. Il s’agit de Mahamoudou Ouédraogo, ancien ministre de la Culture, écrivain et homme de culture et de lettres et de Laciné Diawara, président de la Chambre régionale de commerce et d’industrie de l’Ouest. A noter que les compétitions du GPNAL commencent ce dimanche 25 mars.
  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir