Aujourd'hui,
URGENT
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire

CULTURE

La 19ème édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) se tient du 24 au 31 mars 2018 à Bobo Dioulasso sous le thème  « Sauvegarde des valeurs culturelles : enjeux et défis. » Cette manifestation culturelle, une des plus grandes de notre pays, voire de la sous-région, constitue le cadre par excellence de valorisation et de promotion des biens et services culturels ainsi que de l’activité économique au Burkina Faso.

Elle offre une fois encore une diversité d’activités avec de nombreuses innovations, tant les enjeux sont nombreux en termes d’organisation, de qualité des compétitions et de sécurité. Des défis que les organisateurs entendent relever avec brio.

En effet, le ministère de la Culture, des arts et du tourisme, qui a en charge l’organisation de cette manifestation, s’est dit prêt pour la tenue effective de l’événement. C’était à l’occasion de la deuxième  conférence de presse tenue le 19 mars 2018 dernier à Bobo-Dioulasso. Une conférence de presse au cours de laquelle bien d’informations ont été données aux hommes de médias relativement à l’organisation.

Les innovations sur la catégorisation des disciplines et la qualité des compétitions

Il s’agit de capitaliser et mettre à profit les expériences antérieures pour une bonne gestion de la manifestation. Dans ce sens, le règlement intérieur de cette édition met en œuvre certaines conclusions de l’atelier tenu à Banfora du 10 au 13 Mai 2017 sur ses grandes orientations, son organisation et le contenu des activités. Ainsi l’on a procédé à une nouvelle catégorisation des disciplines en deux sous-catégories : les expressions culturelles traditionnelles et les expressions culturelles modernes d’inspiration traditionnelle. Du reste, les compétitions des expressions culturelles traditionnelles se sont déroulées déjà et ont pris fin  dans les 14 régions culturelles, Bobo-Dioulasso étant considérée comme une région culturelle.

Les compétitions au niveau régional se sont tenues dans la période du 04 au 13 décembre 2017 et du 04 au 15 janvier 2018. Elles  ont regroupé plus de 7 000 compétiteurs dans les différentes catégories. A l’issue de la compétition, 1 194 artistes ont été sélectionnés pour participer à la phase finale. A cet effectif des régionales, il faut ajouter les concurrents du concours littéraire qui évoluent, pour cette édition, dans 3 genres (roman, nouvelle et poésie), soit 93 candidats.  Toutes les compétitions ont été officiées par des jurys régionaux composés de spécialistes des différentes catégories et mis en place par la Direction générale de la SNC.

La phase finale réunit les meilleurs compétiteurs dans les différentes catégories de ces compétitions, en fonction des quotas et des critères de qualification définis dans les règlements intérieurs. Les premiers dans chaque discipline prennent part à la phase finale de la SNC en tant qu’ambassadeurs de leurs régions.

Une autre innovation majeure porte sur la qualité des compétitions. A ce niveau, l’on note l’organisation des sélections régionales mettant en compétition les artistes, sportifs et spécialistes de l’art culinaire inscrits au niveau des régions, sans restriction de quota comme dans le passé.

Une diversité d’activités qui  confèrent à la manifestation sa spécificité

Les 1 287 artistes vont rivaliser d’ardeur et d’ingéniosité dans  les différentes catégories et disciplines du Grand Prix National des Arts et des Lettres (GPNAL), notamment dans les arts du spectacle les arts plastiques, la littérature en français, les sports traditionnels et l’art culinaire. Seuls les lauréats qui seront primés présenteront leurs œuvres ou prestations au public. Il n’est plus question de compétions avec de longues heures de prestations mais de partage de richesses du patrimoine culturel du pays.

Par ailleurs la SNC 2018 prévoit une diversité d’activités qui  confèrent à la manifestation sa spécificité. Entre exposition muséale, marché des arts, plateaux artistiques off, village des communautés et galerie de la gastronomie africaine, foire artisanale et commerciale, sans oublier les activités littéraires, la cérémonie de proclamation des prix spéciaux, les nuits des partenaires, entre autres, il y a de quoi être attiré par cet événement qui, au fil des ans, a réussi à forger sa réputation et sa renommée.

Il convient de souligner que la SNC doit son existence aux acteurs culturels et à toutes les personnes qui ont contribué  à sa pérennité et à son essor. Au nombre de ceux-ci il y a, bien entendu, l’ancien ministre Mahamadou Ouédraogo et Lassiné Diawara à qui  la présente édition a décidé de rendre hommage  pour leurs actions en faveur de la culture  et du développement ainsi que pour les actions publiques menées dans ce sens tant au niveau national qu’international.

Sur la question sécuritaire, des dispositions ont été prises pour parer à toute éventualité. L’on est conscient du monde qui est mobilisé à chaque édition (plus de 30 000 festivaliers) et des défis sécuritaires que cela engage. Aussi les organisateurs ont décidé de faire en sorte que chacun puisse être dans les meilleures conditions. C’est ainsi que les exposants ont souscrit aux polices d’assurance. De même, certains types de matériaux notamment inflammables ont été interdits. Les contrôles également aux portes des différents sites seront renforcés. L’objectif étant de permettre à chaque visiteur ou participants de vivre une SNC de qualité et de repartir avec le sentiment d’avoir reçu, d’avoir donné, de s’être culturellement enrichi.

Ministère de la Culture, des arts et du tourisme

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir