Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

CULTURE

Après «L’heure de gloire» en 2015, l’artiste musicienne Pam Luster sort son second opus intitulé «Tous frères». De 6 titres, l’album a été présenté à la presse ce samedi 17 mars 2018 à Ouagadougou.


«Tous frères» est la façon pour Patricia Minoungou (son nom à l’état civil), d’interpeller les Burkinabè sur la nécessité de se pardonner et s’unir. «On peut manifester son mécontentement autrement quel que soit nos divergences. Nous devons prioriser le dialogue pour régler nos problèmes», conseille Patricia Minoungou. Le climat socio-politique délétère de son pays est la source d’inspiration de cet opus de Pam Luster. Interpeller la jeunesse burkinabè à prendre conscience des méfaits de l’incivisme, tel est l’objectif que vise Pam Luster en mettant cette œuvre sur le marché discographique.

Avec des thèmes bien choisis et des messages poignants, l’artiste entend œuvrer pour véritable réconciliation nationale mais aussi et surtout pour un retour à de bonnes valeurs humaines, gages de paix et de cohésion sociale. Ainsi donc, on retrouve des titres comme  «Douni ya raaga» qui signifie «le monde est un marché» en langue mooré. Dans cette chanson, l’artiste souligne la caractère passager de la vie terrestre. Elle rappelle qu’au-delà de toutes leurs différences, tous les êtres humains ont du sang dans leur veine, respirent le même souffle d’air, sont éclairés et réchauffés par le même soleil et sont tous condamnés à une mort certaine.

A travers «Tous frères» le titre éponyme de l’album, l’artiste décrit avec fierté son pays le Burkina, un pays riche de ses hommes et de sa culture. Elle fait un clin d’œil à la paranté à plaisanterie, véritable instrument de résolution de conflits. Elle invite aussi tous les Burkinabè à préserver et à consolider ce lien qui les unit au-delà de leurs différences sociales (ethniques, religieuses, politiques…)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir