Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Après «L’heure de gloire» en 2015, l’artiste musicienne Pam Luster sort son second opus intitulé «Tous frères». De 6 titres, l’album a été présenté à la presse ce samedi 17 mars 2018 à Ouagadougou.


«Tous frères» est la façon pour Patricia Minoungou (son nom à l’état civil), d’interpeller les Burkinabè sur la nécessité de se pardonner et s’unir. «On peut manifester son mécontentement autrement quel que soit nos divergences. Nous devons prioriser le dialogue pour régler nos problèmes», conseille Patricia Minoungou. Le climat socio-politique délétère de son pays est la source d’inspiration de cet opus de Pam Luster. Interpeller la jeunesse burkinabè à prendre conscience des méfaits de l’incivisme, tel est l’objectif que vise Pam Luster en mettant cette œuvre sur le marché discographique.

Avec des thèmes bien choisis et des messages poignants, l’artiste entend œuvrer pour véritable réconciliation nationale mais aussi et surtout pour un retour à de bonnes valeurs humaines, gages de paix et de cohésion sociale. Ainsi donc, on retrouve des titres comme  «Douni ya raaga» qui signifie «le monde est un marché» en langue mooré. Dans cette chanson, l’artiste souligne la caractère passager de la vie terrestre. Elle rappelle qu’au-delà de toutes leurs différences, tous les êtres humains ont du sang dans leur veine, respirent le même souffle d’air, sont éclairés et réchauffés par le même soleil et sont tous condamnés à une mort certaine.

A travers «Tous frères» le titre éponyme de l’album, l’artiste décrit avec fierté son pays le Burkina, un pays riche de ses hommes et de sa culture. Elle fait un clin d’œil à la paranté à plaisanterie, véritable instrument de résolution de conflits. Elle invite aussi tous les Burkinabè à préserver et à consolider ce lien qui les unit au-delà de leurs différences sociales (ethniques, religieuses, politiques…)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir