Aujourd'hui,
URGENT
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal
Immigration: record de 71 millions de déplacés et de réfugiés dans le monde en 2018
France: l’ex-président Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption dans l'affaires des «écoutes»
Burkina: 17 civils tués dans une attaque terroriste à Béléhédé dans le département de Tongomayel (Province du Soum)
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 

CULTURE

En marge de la 5e édition des Journées cinématographiques de la Femme africaine (JCFA), s’est ouvert ce lundi 5 mars 2018, le premier rendez-vous de « Galerie ciné-équipements ». Il s’agit d’une exposition-vente d’équipements intervenant dans la réalisation de films, qui se tient jusqu’au 7 mars prochain, dans l’enceinte de l’Institut supérieur de l’image et du son (ISIS). A travers cet événement, le comité d’organisation avec à sa tête Mamounata Nikièma entend faire découvrir aux cinéphiles les outils et la fonctionnalité du matériel cinématographique.  

Des outils de prise de vue au maquillage-costume, en passant par le fonctionnement d’appareils servant à réaliser un film, constituent le décor qui est donné de voir aux amateurs de film. Ceci entre dans le cadre de la première édition de « Galerie ciné-équipements ». A travers une exposition-vente de matériels cinématographiques, l’objectif est de donner des espaces de commercialisation aux matériels du cinéma et de l’audiovisuel, selon la promotrice Mamounata Nikiema. « C’est un espace ouvert aux professionnels du cinéma qui pourront s’enquérir des nouvelles technologies dans ce domaine. Mais aussi, ouvert au grand public notamment les scolaires qui peuvent aussi venir pour des ateliers », nous a-t-elle confié.  

En effet, c’est l’essentiel du matériel utilisé pour le tournage d’un quelconque film qui est exposé. Une chose qui permettra d’une part au public amateur d’en savoir davantage sur le procédé entrant dans le cadre de la réalisation d’un projet cinématographique. Et d’autre part, de se rendre compte de l’évolution des techniques propres au cinéma. Cet aspect est perceptible avec la présence sur les lieux d’outils (appareil photo, machines de projection, caméra, cassette,…) d’une autre époque.  

Par ailleurs, le directeur général de l’ISIS, a traduit son honneur de voir son établissement servir de cadre à un tel événement. Et aux dires de Souleymane Ouédraogo, « il n’y a rien de tel que d’accueillir une exposition consacrée aux outils du travail, consacrée aux équipements de travail ». Il ne manque pas de saluer l’initiative, estimant que cela servira d’école pour certains. « C’est le moment également pour le grand public, pour le monde professionnel et naturellement pour les étudiants de découvrir dans l’actualité quels sont les équipements qui sont utilisés », reconnait M. Ouédraogo.   

Quant à Suzanne Kourouma, chef de département marché du film au Fespaco, et marraine de « Galerie Ciné-équipements », l’heure est aux félicitations à l’endroit du comité d’organisation. Au regard des efforts consentis de part et d’autre pour que cette exposition ait lieu, elle affiche son optimisme quant à ce projet. C’est en cela qu’elle affirme qu’ « à partir de ce soir, il y a quelque chose de grand qui commence à naître ».

Au-delà de l’exposition-vente, d’autres programmes viendront combler ce moment. En outre, il est prévu des ateliers-découvertes, des visites guidées ainsi que des jeux concours sur le cinéma burkinabè. Cet espace refermera ses portes le 7 mars prochain au soir. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé