Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Image d'illustration

CULTURE

La première édition du festival panafricain de la série de Ouagadougou « Série Series » s’est ouverte officiellement en fin d’après-midi ce mardi 27 février 2018 à l’Institut Français de Ouagadougou. De façon sobre et solennelle, les acteurs du cinéma entendent  à travers ce rendez-vous, donner plus de visibilité à ces talents que regorge l’Afrique en matière de création dans l’univers de la série. C’est la série « Guyanne » dans laquelle intervient Issaka Sawadogo, par ailleurs président du comité d’organisation du festival, qui a été projetée pour ouvrir ledit festival. 

Tous sont unanimes que la production de séries est en plein essor en Afrique. De ce fait, il reviendrait aux créateurs d’être encore plus compétitif à pratiquement tous les niveaux. C’est en cela que le festival panafricain de la série de Ouagadougou, prend tout son sens. Ainsi donc, depuis ce 27 février et ce jusqu’au 1er mars prochain, les professionnels de l’audiovisuel et le public ont à découvrir l’univers des séries du continent africain et d’autres horizons. Cette première édition, à en croire le comité d’organisation, est axée sur la formation, voire la professionnalisation des différents corps du métier du 7e art.

Toutefois, au-delà de son caractère à donner une place de choix aux séries d’ici et d’ailleurs, selon Issaka Sawadogo, le festival panafricain de la série de Ouagadougou est une initiative bénéfique pour la ville hôte. En effet, « nous sommes en train de réussir un combat. Celui de faire de Ouagadougou la ville hôte de la culture africaine. Donc la rendre véritablement en une ville culturelle », a laissé entendre M. Sawadogo.

Cette ambition est également partagée par Armand Pierre Béouindé, maire de la ville de Ouagadou et co-parrain de cette première édition de « Série Series ». « Initié par des hommes et des femmes soucieux de la politique du 7e art sur le continent, ce projet défend une fois de plus la réputation de notre capitale du cinéma conquise par notre chère ville aux prix de labeur et de persévérance », a déclaré le bourgmestre.   Pour lui, il s’agit d’une innovation majeure qui mérite d’être soutenue et encouragée. Car « rendre hommage aux figures de la série africaine est une très juste initiative ».

Quant à l’ambassadeur de France, il était impérieux qu’un tel rendez-vous voit le jour dans la mesure où il vient en quelque sorte combler le vide qui existe entre deux éditions du Fespaco. Un festival qui aux dires de Xavier Lapeyre de Cabanes, vient à point nommé. En effet, « les séries françaises et francophones méritent d’être mieux diffusées et mieux connues au regard de la hauteur considérable qu’a pris ce mode cinématographique ».

Pour Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des arts et du tourisme, ce festival est un « pont jeté entre les producteurs de l’audiovisuel du cinéma du Nord et ceux du Sud ». Il a par ailleurs manifesté son désir que « Série Series » devienne un outil d’échange culturel et audiovisuel au fil de ses éditions, entre les professionnels de l’Afrique, de l’Europe et partout ailleurs.

L’occasion est ainsi donnée au public amateur de ce genre cinématographique de prendre d’assaut les salles affrétés pour la circonstance. Jusqu’au 1er mars 2018, l’Institut Français, le Cenasa et le siège du Fespaco serviront de cadre de projection des différentes productions retenues à cet effet. Toutefois ce festival n’a pas un aspect compétitif. Il se veut un cadre de rencontre professionnelle.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé