Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

CULTURE

Le réalisateur et cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche 18 février 2018 à l’âge de 64 ans. Il s’est éteint des suites de maladie dans une clinique à Ouagadougou.

Figure emblématique du cinéma burkinabè et africain depuis les années 1980, Idrissa Ouédraogo a à son actif une quarantaine de films. Son talent a été reconnu et récompensé dans les plus grands festivals. Entre autres, il a obtenu le Grand prix du jury du Festival de Cannes avec son film Tilaï en 1990 et l’Etalon d’or de Yennenga au Fespaco en 1991 avec le même film.


Depuis l’annonce de sa disparition ce dimanche, les réactions n’ont pas tardé. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a réagi sur son compte Twitter.
« Le Burkina Faso vient de perdre un réalisateur à l'immense talent, profondément attaché à son pays. Je rends hommage à Idrissa Ouedraogo qui aura beaucoup œuvré au rayonnement du cinéma Burkinabè et Africain hors de nos frontières. L'Afrique perd avec sa disparition, l'un de ses plus valeureux ambassadeurs dans le domaine de la culture. En mon nom personnel et au nom de la Nation toute entière, je présente mes condoléances à la famille d'Idrissa Ouédraogo, à ses proches et à la communauté des cinéastes Burkinabè et Africains » a écrit le Président du Faso sur son compte Twitter.

Plusieurs personnalités du monde culturel et artistique se sont rendues ce dimanche dans son domicile sis à Ouagadougou.

 

Programme des obsèques

Dimanche 18 février: 18 h à 22h Projections de ses films, hommages et prières 

Lundi 19 février: 20h: Veillée d'hommages au CENASA.

 Mardi 20 février: 8h, transfert du Corps de la morgue au domicile

15h de la levée du Corps au domicile du défunt à Dassasgho suivie de l'inhumation au Cimetière de Gounghin

 

Biographie de Idrissa Ouédraogo

Né le 21 janvier 1954 à Banfora (Burkina Faso), il est titulaire d'un Baccalauréat série B et  d'un Diplôme d'Études Générales à l'INAFEC (Institut Africain d'Études Cinématographiques de Ouagadougou). Il séjourne à Kiev en URSS. Il a un DEA (Diplôme d'Études Approfondies), option cinéma de l'Université de Paris I Sorbonne. Fonctionnaire à la Direction de la production Cinématographique du Burkina en 1981, il sort diplômer de l'Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC, Paris) en 1985.

Il a réalisé plusieurs courts métrages documentaires avant de passer aux longs métrages. On retrouve dans son œuvre un parfait équilibre entre l'authenticité documentaire et la fiction. Idrissa Ouedraogo a reçu le Gand Prix du FESPACO pour son premier court métrage : Poko. Plusieurs autres suivent : Les Ecuelles(1983), Les Funérailles du Larlé Naba (1984), Ouagadougou, Ouaga deux roues(1985), Issa le tisserand (1985). Son premier long métrage, Le Choix, est sorti en 1986. Suivent Yaaba (1988) - Prix de la Critique au Festival de Cannes 1989, Tilaï (1990) -Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 1990, Grand Prix du Fespaco 1991, Etalon de Yennenga 1991), Karim et Sala (1991), Samba Traoré (1992), Le Cri du cœur (1994), Kini et Adams (1997), La Colère des dieux (2003). Longs métrages auxquels il faudrait ajouter plusieurs moyens et courts métrages ; ainsi que sa participation au film collectif de réflexion sur l'attentat terroriste de New York : 11-09-01 et la réalisation de plusieurs séries télévisuelles pour les télévisions africaines.

Il a été membre du jury pour divers festivals internationaux : Venise, Tokyo, Amiens, Musée de l'homme (Paris). Il a donné plusieurs conférences, en France (Université Paris VIII Nanterre, Musée de L'Homme), aux États-Unis (Université de Harvard, Université de New York), au Burkina Faso (Université de Ouagadougou). Il est Commandeur de l'Ordre National Burkinabé et Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres Français.

Source: Africiné

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir