Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré
Burkina: le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) appelle à « l’union sacrée pour la défense de la patrie »
OIF: la Rwandaise Louise Mushikiwabo désignée secrétaire générale par concensus
Espace: Atterrissage d'urgence d'une capsule Soyouz après un problème au décollage, les deux astronautes sortent indemnes (RFI)
Burkina: la famille du Dr Eliott captif depuis 1000 jours  lance un appel à ses ravisseurs
Diplomatie: Julie Payette, Gouverneure générale du Canada effectuera une visite d'Etat au Burkina Faso du 23 au 26 Octobre 2018
Mali: poursuite de la grève illimitée des magistrats après 11 semaines de débrayage

CULTURE

Après plusieurs années aux côtés de son oncle Bil Aka Kora, l’artiste musicienne Ka Cora sort son premier album. Intitulé «Anou Wooro»  « l’ombre de ma mère » en Français, cet album se veut le début de la carrière artistique de Reine Ka Cora Alobou à l’état civil. La dédicace de l’album a eu lieu dans la soirée du jeudi 25 janvier 2018 à Ouagadougou.

Cet album, selon l’artiste, est un voyage dans l’univers de la culture kassena à travers la promotion du djongo. Un bijou sonore de 7 titres chantés en Kassena, Français, Anglais et Mooré qui fait appel à des instruments traditionnels comme le Bendré et la flûte traditionnelle. «Anou wooro a pour thématique principale l’enracinement aux valeurs culturelles avec des sous thèmes qui parlent de l’union, la promotion de notre identité culturelle et Dieu» dit-elle.

Dans cet album de 7 titres, Ka Cora prône le pardon, la tolérance, l’entraide et l’amour. Pour Ka Cora, les mauvaises nouvelles prennent l’avion et la vérité arrive en retard. D’où le titre «Avion» dans lequel l’artiste invite les uns et les autres à éviter les commérages. 

A travers le titre « Hommage à Djata » l’artiste entend rendre hommage à sa tante Djata disparue il y a quelques années dans un accident de circulation. «Djata a impacté de nombreux artistes du Burkina. Elle constitue un repère pour les artistes kassena et, elle était une personne qui protégeait les personnes vulnérables. Voilà pourquoi j’ai décidé de rendre hommage à ce modèle», a avancé l’artiste.

Dans la chanson « Adjikoga » qui signifie «j’ai leur soutien», Ka Cora estime que les fans constituent un soutien inestimable dans la carrière d’un artiste. De ce fait, elle rend un hommage à ses fans et à ceux de Djata Ilébou qui voient en elle une héritière. Dans «Galagala» ou encore «mes origines», l’artiste entend vulgariser la musique burkinabè au-delà des frontières.

Ka Cora dit merci à Dieu pour toutes ses grâces dans sa vie à travers «Wend kouni». Aussi dans cet opus, on y trouve des titres comme «Unity», «Ambol sono» ou «mon préféré» chanté en featuring avec Dicko Fils. Selon elle, l’amour doit triompher sur les considérations religieuses, ethniques, politiques etc. 

Native de la province du Nahouri dans la cité de Pô, «Princesse Alobou», institutrice de son état, pose la voix pour la première fois dans un featuring avec Dicko Fils en juin 2016. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Depuis quelques jours, le gouvernement a entamé une opération de retrait des enfants vivant dans la rue. Cette opération a-t-elle des chances de succès?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé