Aujourd'hui,
URGENT
France: Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen
Politique: Zéphirin Diabré reconduit à la tête de l'UPC pour un mandat de 4 ans
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)

CULTURE

L’Institut français de Ouagadougou joue les prolongations dans le cadre de la célébration de la fête de la musique. Reporté pour raison climatique le 24 juin 2016, c’est finalement le dimanche 26 juin dernier que le concert tant attendu par le public de l’IFO a eu lieu.

Annoncé pour être le plus grand concert de l’édition 2016 de la fête de la musique, le rendez-vous entre l’artiste musicien Serge Bambara alias Smockey et ses fans a tenu ses promesses. Dame pluie, qui avait pourtant empêché la tenue du spectacle deux jours plutôt, n’a pas eu raison d’un public enflammé par la prestation des artistes. « Nos parents ont bien besoins de cette pluie. C’est donc une bénédiction pour nous. L’important était de satisfaire mon public et je pense que le défi a été relevé », se réjouit Smockey. Pour l’artiste, « tous les jours devraient être jours de fête où les acteurs devraient réfléchir au devenir des métiers des arts ».

Porte-voix de la jeunesse, « Smock », comme on l’appelle affectueusement dans les rues de Ouagadougou, a une identité musicale singulière. Avec sa voix puissante et son flow souple qui servent d’amplificateurs à des textes révoltés mais qui ne manquent souvent pas d’humour, l’artiste est à entendre les spectateurs de ce dimanche, l’une des figures de proue du hip hop burkinabè.

Pré’volution son 5ème album fortement marqué par les événements d’octobre 2014, a été repris en cœur par les centaines de spectateurs, témoins de l’évènement. « Insoumission », « Mix yaaba », « Zamana », sont entre autres titres épelés par l’artiste. Pour l’occasion, Smockey aura été bien généreux non seulement avec le public mais aussi avec ses collègues artistes. Il partage la scène avec Ismo Vitalo sur le titre « Les salauds ». Dans une création avec le parolier KPG, la parole a pris simplement la place des instruments de musique pour interpeller les consciences. Avec le jeune artiste Awetou dans la chanson « Ya koi même », Smockey et son complice du jour explose le public de l’IFO qui ne se prive pas de pas de danse. Alors que les artistes Nourat, Leekma, Ismo et Sam’s K le Jah s’apprêtaient à le rejoindre pour chanter ensemble « On est dans la rue », dame pluie s’est invitée à nouveau à la fête.

Pour Marine Leloup, directrice de l’IFO, « c’était la fête de la jeunesse et de tout le monde. Smockey a tenu le pari et cela fait la fierté de tous ». Occasion pour la directrice de rappeler au public Ouagalais, que l’IFO est ouvert à tout le monde et que l’institut qu’elle dirige a pour objectif de promouvoir la musique burkinabè à travers ses programmations.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé