Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)

CULTURE

L’Institut français de Ouagadougou joue les prolongations dans le cadre de la célébration de la fête de la musique. Reporté pour raison climatique le 24 juin 2016, c’est finalement le dimanche 26 juin dernier que le concert tant attendu par le public de l’IFO a eu lieu.

Annoncé pour être le plus grand concert de l’édition 2016 de la fête de la musique, le rendez-vous entre l’artiste musicien Serge Bambara alias Smockey et ses fans a tenu ses promesses. Dame pluie, qui avait pourtant empêché la tenue du spectacle deux jours plutôt, n’a pas eu raison d’un public enflammé par la prestation des artistes. « Nos parents ont bien besoins de cette pluie. C’est donc une bénédiction pour nous. L’important était de satisfaire mon public et je pense que le défi a été relevé », se réjouit Smockey. Pour l’artiste, « tous les jours devraient être jours de fête où les acteurs devraient réfléchir au devenir des métiers des arts ».

Porte-voix de la jeunesse, « Smock », comme on l’appelle affectueusement dans les rues de Ouagadougou, a une identité musicale singulière. Avec sa voix puissante et son flow souple qui servent d’amplificateurs à des textes révoltés mais qui ne manquent souvent pas d’humour, l’artiste est à entendre les spectateurs de ce dimanche, l’une des figures de proue du hip hop burkinabè.

Pré’volution son 5ème album fortement marqué par les événements d’octobre 2014, a été repris en cœur par les centaines de spectateurs, témoins de l’évènement. « Insoumission », « Mix yaaba », « Zamana », sont entre autres titres épelés par l’artiste. Pour l’occasion, Smockey aura été bien généreux non seulement avec le public mais aussi avec ses collègues artistes. Il partage la scène avec Ismo Vitalo sur le titre « Les salauds ». Dans une création avec le parolier KPG, la parole a pris simplement la place des instruments de musique pour interpeller les consciences. Avec le jeune artiste Awetou dans la chanson « Ya koi même », Smockey et son complice du jour explose le public de l’IFO qui ne se prive pas de pas de danse. Alors que les artistes Nourat, Leekma, Ismo et Sam’s K le Jah s’apprêtaient à le rejoindre pour chanter ensemble « On est dans la rue », dame pluie s’est invitée à nouveau à la fête.

Pour Marine Leloup, directrice de l’IFO, « c’était la fête de la jeunesse et de tout le monde. Smockey a tenu le pari et cela fait la fierté de tous ». Occasion pour la directrice de rappeler au public Ouagalais, que l’IFO est ouvert à tout le monde et que l’institut qu’elle dirige a pour objectif de promouvoir la musique burkinabè à travers ses programmations.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé