Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

 «Refugees welcome» est un projet qui vise à autonomiser les personnes réfugiées, à les former dans les techniques de pédagogie et de faire des ateliers avec les enfants afin qu’ils puissent à leur tour faire des ateliers dans les camps de réfugiés. C’est l’objectif d’un atelier de formation au profit des réfugiés au Burkina dont la restitution s’est faite le 15 décembre 2017 au Centre Napam Beogo de Ouagadougou.


Selon l’artiste musicien Patrick Kabré l’initiateur, ce projet vise à fournir des connaissances en techniques éducationnelles et artistiques aux réfugiés se trouvant dans les camps de Goudebou et de Mentao. Il met en œuvre une pédagogie inclusive autour d’ateliers de musique, de fabrication d’instruments de musique, de chants et de danse. Financé par la section politique de l’ambassade des Etats-Unis à travers le bureau de la population, des réfugiés et des migrations du département d’Etat américain, ledit projet a été lancé en décembre 2017 et durera un an. L’enjeu étant avant tout, l’appropriation de l’art et de la culture comme moyen de développement personnel et de tolérance.

Dénommé «Silmandé», cet atelier met en place une pédagogie inclusive et favorise l’autonomie dans la découverte de l’apprentissage où chaque réfugié devient acteur. Entre expérimentation et jeu, plaisir et savoir, Patrick Kabré propose des ateliers musicaux pédagogiques pour éveiller la curiosité, encourager l’observation, stimuler l’imagination et l’expression et ainsi créer des liens entre l’expérience quotidienne des réfugiés et le langage du corps, de la musique et des mots.

David Yang, le 1er conseiller à l’Ambassade des Etats-Unis au Burkina se dit fier de soutenir l’initiative. «Je suis là pour soutenir les artistes et les jeunes réfugiés qui sont dans des situations très précaires et qui ont besoin d’aide», a déclaré  M. Yang. Selon le diplomate américain, c’est  une initiative qui fait partie des droits de l’homme et des femmes en termes de droit d’accès à l’art, à la musique et  au  droit d’expression.  Pour lui, les réfugiés en ont besoin pour avoir confiance en eux-mêmes.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir