Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Au terme de son programme culture et développement initié depuis 2012, l’ambassade royale du Danemark a rencontré les associations culturelles bénéficiaires dudit programme autour d’une table ronde organisée le vendredi 24 novembre 2017 à Ouagadougou. Cette rencontre avait pour but de diagnostiquer les difficultés que rencontrent les industries culturelles et créatives du Burkina Faso.

Cette table ronde, qui a constitué l’une des activités marquant la clôture de ce programme, avait pour but de faire un état des lieux sur les industries culturelles et créatives burkinabè. Toutes les associations bénéficiaires ont présenté ce qu’elles ont pu faire concrètement avant d’identifier les difficultés qu’elles rencontrent. Pour Valérie Kaboré, élu consulaire à la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF) au titre des entreprises culturelles et créatives, cette industrie fait face aux problèmes de financement, d’infrastructures, de formation et surtout du manque d’écoulement des produits culturels.  

Selon Anselme Sawadogo, directeur artistique du festival Jazz à Ouaga, au-delà du folklore, de ce qui peut être dit de la culture, la culture est une industrie : «on dit que le Burkina Faso est un pays de culture et on le chante partout. (…) mais, il faut qu’à un moment donné, la culture fasse vivre les acteurs. Notre souhait est que les musiciens se rendre compte qu’ils peuvent vivre de leur musique, que tous les artistes se rendre compte qu’ils peuvent vivre de leur art, qu’ils peuvent contribuer au développement économique et social de leur pays. Il faut que la culture devienne un métier, que le Burkinabè se rende compte qu’un acteur du théâtre n’est pas un amuseur public. C’est quelqu’un qui travaille et qui va nourrir sa famille».

Les communications à cette table ronde ont porté sur le regard que portent les entrepreneurs sur les industries culturelles, l’état de la production, la dynamique des entreprises, la promotion de la culture et les stratégies de conquête de marché national et international.

A noter que le programme culture et développement a, durant cinq ans, accompagné les acteurs culturels dans le renforcement de leurs capacités et à la structuration des associations majeures dans le secteur culturel burkinabè. Son objectif:  rendre pérennes et viables les activités de ces associations afin qu’elles puissent contribuer au développement économique et social du Burkina.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir