Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: des conseillers s’opposent aux projets de délibérations du maire Armand Béouindé
Classement FIFA: le Burkina 6è et toujours dans le Top 10 africain
Diplomatie: le magistrat Brahima Séré nommé ambassadeur du Burkina Faso en Turquie.
Diplomatie:  Oumarou Maïga nommé ambassadeur du Burkina Faso en Afrique du Sud.
Diplomatie:  Benoit Kambou, ex-président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale, nommé ambassadeur du Burkina au Tchad.
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D

CULTURE

Au terme de son programme culture et développement initié depuis 2012, l’ambassade royale du Danemark a rencontré les associations culturelles bénéficiaires dudit programme autour d’une table ronde organisée le vendredi 24 novembre 2017 à Ouagadougou. Cette rencontre avait pour but de diagnostiquer les difficultés que rencontrent les industries culturelles et créatives du Burkina Faso.

Cette table ronde, qui a constitué l’une des activités marquant la clôture de ce programme, avait pour but de faire un état des lieux sur les industries culturelles et créatives burkinabè. Toutes les associations bénéficiaires ont présenté ce qu’elles ont pu faire concrètement avant d’identifier les difficultés qu’elles rencontrent. Pour Valérie Kaboré, élu consulaire à la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF) au titre des entreprises culturelles et créatives, cette industrie fait face aux problèmes de financement, d’infrastructures, de formation et surtout du manque d’écoulement des produits culturels.  

Selon Anselme Sawadogo, directeur artistique du festival Jazz à Ouaga, au-delà du folklore, de ce qui peut être dit de la culture, la culture est une industrie : «on dit que le Burkina Faso est un pays de culture et on le chante partout. (…) mais, il faut qu’à un moment donné, la culture fasse vivre les acteurs. Notre souhait est que les musiciens se rendre compte qu’ils peuvent vivre de leur musique, que tous les artistes se rendre compte qu’ils peuvent vivre de leur art, qu’ils peuvent contribuer au développement économique et social de leur pays. Il faut que la culture devienne un métier, que le Burkinabè se rende compte qu’un acteur du théâtre n’est pas un amuseur public. C’est quelqu’un qui travaille et qui va nourrir sa famille».

Les communications à cette table ronde ont porté sur le regard que portent les entrepreneurs sur les industries culturelles, l’état de la production, la dynamique des entreprises, la promotion de la culture et les stratégies de conquête de marché national et international.

A noter que le programme culture et développement a, durant cinq ans, accompagné les acteurs culturels dans le renforcement de leurs capacités et à la structuration des associations majeures dans le secteur culturel burkinabè. Son objectif:  rendre pérennes et viables les activités de ces associations afin qu’elles puissent contribuer au développement économique et social du Burkina.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir