Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

CULTURE

Précédemment appelé journées culturelles de Niou, le «Festival feu de bois» s’inspire des danses et musiques profanes et sacrées qui autrefois s’exécutaient autour du feu de bois. A travers ce festival, les organisateurs veulent allier modernité, tradition sacré et profane. La 3è édition s’est déroulée du 2 au 5 novembre dernier dans la commune rurale de Niou.


Le Festival feu de bois qui se veut une plateforme d’échanges culturels, avait le Maroc comme pays invité d’honneur cette année.  L’Ambassadeur du Maroc au Burkina, plusieurs autres personnalités et festivaliers ont pris d’assaut la ville de Niou pour vivre cet évènement qui s’étend désormais dans la région du Kourwéogo. Plusieurs groupes de danse traditionnelle ont émerveillé le public avec les pas de Warba, Wissé, Bongo, Mansa, Tarkai, Denkê Denkê, sur le podium autour duquel est dressé deux géants feu de bois. Des groupes venus du Maroc, du Mali et du Bénin ont démontré leur savoir-faire richesse culturelle. Exposition artisanale et dégustation de mets locaux ont permis aux festivaliers de découvrir les potentialités de la région.

Initié par l’Association génération des bâtisseurs pour le développement (AGBD), le festival feu de bois se veut donc un espace de promotion et de transmission des traditions à la nouvelle génération. «Dans la vieille Afrique, le feu de bois était utilisé pour raconter des histoires, des devinettes qui étaient une éducation de la base. Nous l’avons adopté à la scène moderne à travers deux géants feux de bois pour permettre à cette génération de revisiter les ambiances de nos temps anciens», a confié Ismaël Zoungrana, promoteur de l’évènement.

Pour sa part, Farhat Bouazza, ambassadeur du Royaume du Maroc au Burkina, fait remarquer qu’il n’y a pas un genre qui rapproche les hommes et qui promeut la paix que la musique et l’art. «Au Maroc dans la ville de Fès, nous organisons l’un des plus prestigieux festival, la musique sacrée de Fés qui aujourd’hui est à sa 30e édition», a indiqué le diplomate. Il rappelle d’ailleurs que sa présence à ce festival est une manière de magnifier les «bonnes» relations entre le Burkina et le Maroc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé