Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

CULTURE

« Un combat contre l’incivisme », c’est la dernière trouvaille du réalisateur Daouda Zallé. D’une durée de 30 mn, ce film documentaire du jeune réalisateur Burkinabè met en exergue le phénomène « grandissant » de l’incivisme au pays des hommes intègres.

 

 

« Un combat contre l’incivisme » est un film documentaire et reportage qui traite de l’incivisme en circulation. Le film met donc un accent particulier sur l’ampleur de ce phénomène à Ouagadougou et fait également un clin d’œil au combat que mènent certaines personnes pour venir à bout. Dans ce film, la parole est donnée aux activistes qui se prononcent sur le sujet. Des témoignages « poignants » de victimes permettent au cinéphile de réaliser les conséquences des comportements « inciviques » de certains citoyens.

« La méconnaissance du code de la route et les mauvaises habitudes des usagers sont entre autres causes de l’incivisme », fait remarquer le réalisateur. Pour Daouda Zallé, l’objectif de ce film est d’emmener les populations à une prise de conscience collective. Pour la plupart des personnes interviewées dans ce film, « la question de l’incivisme est liée à la mentalité ». « Il faudra que chacun se pose la question de savoir à qui l’incivisme profite », s’interroge l’un des acteurs. A ceux qui sont pressés à ce point, Moussa Madani Dicko (acteur) demande de s’acheter un avion.

Présent à l’avant-première du film ce 17 novembre à Ouagadougou, l’assistant de police Moussa Badolo, en service à la direction des sports, arts et culture de la police nationale, a rappelé que « la route tue » et que la police n’est pas là seulement pour empêcher les usagers de circuler. « Les feux tricolores sont là pour représenter la police. Il suffit que les usagers les respectent pour que la population vive à l’aise », a indiqué M. Badolo. L’assistant de police ajoute que « si les usagers pouvaient prendre conscience, les policiers prendraient leur temps pour combattre l’insécurité au lieu de réguler la circulation ».

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir