Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

CULTURE

« Un combat contre l’incivisme », c’est la dernière trouvaille du réalisateur Daouda Zallé. D’une durée de 30 mn, ce film documentaire du jeune réalisateur Burkinabè met en exergue le phénomène « grandissant » de l’incivisme au pays des hommes intègres.

 

 

« Un combat contre l’incivisme » est un film documentaire et reportage qui traite de l’incivisme en circulation. Le film met donc un accent particulier sur l’ampleur de ce phénomène à Ouagadougou et fait également un clin d’œil au combat que mènent certaines personnes pour venir à bout. Dans ce film, la parole est donnée aux activistes qui se prononcent sur le sujet. Des témoignages « poignants » de victimes permettent au cinéphile de réaliser les conséquences des comportements « inciviques » de certains citoyens.

« La méconnaissance du code de la route et les mauvaises habitudes des usagers sont entre autres causes de l’incivisme », fait remarquer le réalisateur. Pour Daouda Zallé, l’objectif de ce film est d’emmener les populations à une prise de conscience collective. Pour la plupart des personnes interviewées dans ce film, « la question de l’incivisme est liée à la mentalité ». « Il faudra que chacun se pose la question de savoir à qui l’incivisme profite », s’interroge l’un des acteurs. A ceux qui sont pressés à ce point, Moussa Madani Dicko (acteur) demande de s’acheter un avion.

Présent à l’avant-première du film ce 17 novembre à Ouagadougou, l’assistant de police Moussa Badolo, en service à la direction des sports, arts et culture de la police nationale, a rappelé que « la route tue » et que la police n’est pas là seulement pour empêcher les usagers de circuler. « Les feux tricolores sont là pour représenter la police. Il suffit que les usagers les respectent pour que la population vive à l’aise », a indiqué M. Badolo. L’assistant de police ajoute que « si les usagers pouvaient prendre conscience, les policiers prendraient leur temps pour combattre l’insécurité au lieu de réguler la circulation ».

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir