Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 

CULTURE

« Un combat contre l’incivisme », c’est la dernière trouvaille du réalisateur Daouda Zallé. D’une durée de 30 mn, ce film documentaire du jeune réalisateur Burkinabè met en exergue le phénomène « grandissant » de l’incivisme au pays des hommes intègres.

 

 

« Un combat contre l’incivisme » est un film documentaire et reportage qui traite de l’incivisme en circulation. Le film met donc un accent particulier sur l’ampleur de ce phénomène à Ouagadougou et fait également un clin d’œil au combat que mènent certaines personnes pour venir à bout. Dans ce film, la parole est donnée aux activistes qui se prononcent sur le sujet. Des témoignages « poignants » de victimes permettent au cinéphile de réaliser les conséquences des comportements « inciviques » de certains citoyens.

« La méconnaissance du code de la route et les mauvaises habitudes des usagers sont entre autres causes de l’incivisme », fait remarquer le réalisateur. Pour Daouda Zallé, l’objectif de ce film est d’emmener les populations à une prise de conscience collective. Pour la plupart des personnes interviewées dans ce film, « la question de l’incivisme est liée à la mentalité ». « Il faudra que chacun se pose la question de savoir à qui l’incivisme profite », s’interroge l’un des acteurs. A ceux qui sont pressés à ce point, Moussa Madani Dicko (acteur) demande de s’acheter un avion.

Présent à l’avant-première du film ce 17 novembre à Ouagadougou, l’assistant de police Moussa Badolo, en service à la direction des sports, arts et culture de la police nationale, a rappelé que « la route tue » et que la police n’est pas là seulement pour empêcher les usagers de circuler. « Les feux tricolores sont là pour représenter la police. Il suffit que les usagers les respectent pour que la population vive à l’aise », a indiqué M. Badolo. L’assistant de police ajoute que « si les usagers pouvaient prendre conscience, les policiers prendraient leur temps pour combattre l’insécurité au lieu de réguler la circulation ».

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé