Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

CULTURE

Ce samedi 29 octobre, s’est ouvert la 9e édition des Récréâtrales à Ouagadougou. Ce rendez-vous qui se tient tous les deux ans, se veut être un espace panafricain d’écriture, de création, de recherche et de diffusion théâtrales, s’articulant en trois étapes dont la recherche, la formation, et la dernière prenant en compte la production et la diffusion. Dans une interview qu’il nous a accordé, Aristide Tarnagda, le directeur artistique dudit festival, nous fait part du sentiment de satisfaction qui l’anime à mi-parcours.

 

 

Fasozine: A mi-chemin de cette 9e édition des Récréâtrales, quel bilan dresser?

Aristide Tarnagda : Pour l’heure, ce que j’observe et qui me réjouis ainsi que toute l’équipe, c’est tout simplement le fait que nos salles sont tout le temps pleines. Déjà, à partir de ce constat, on ne peut que se frotter les mains, dans la mesure où cela voudrait tout simplement dire qu’on n’a pas mouillé le maillot pour rien. En clair, le travail abattu a été fait pour permettre aux et aux autres de venir partager des moments assez particuliers avec l’ensemble des artistes.

«Sortir de l’ombre» est la thématique autour de laquelle se tient cette présente édition. De façon concrète, au regard de ce thème, quel est le message que vous voulez portez aux festivaliers ?

De prime abord, je dirai que c’est tout aussi compliqué pour nous, d’autant plus que nous ne sommes pas des religieux, ou je ne sais quoi d’autre. Nous ne sommes que des artistes et, en tant que tels nous nous posons des questions. Cela tout simplement dans le but qu’on recherche tous ensemble à trouver des formulations de réponses, afin de pouvoir parvenir à la mise en place de structures culturelles qui permettraient aux hommes de vivre ensemble, de mettre sur pied une fraternité nouvelle. Voilà pourquoi je représente le théâtre comme un milieu où l’artiste partage un certain nombre de questions, d’angoisses, de rêves, de fantasmes pour que le peuple s’en saisisse et qu’il y apporte des réponses. D’où le rôle d’interrogateur que revêt l’artiste.

A vous entendre, les premiers échos sont favorables pour ce qui est du déroulement des activités programmées à l’occasion. A quoi devrait-on s’attendre pour ce qui est de la suite des festivités ?

Ici, je tiens à préciser que les théâtres restent ouverts jusqu’au 5 novembre, tout comme les nuits musicales pour refermer les différentes soirées. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que plus on avance, plus les choses grandissent et nous poussons la barre très haute tout naturellement. C’est l’occasion pour inviter les populations à venir suivre les pièces dont certaines sont énormes à la fois par leur écho politique, mais aussi par les distributions qui se déploient sur le plateau. Je crois qu’au fil du temps la chose va se métamorphoser. Parce qu’un évènement, tu le mets en place et par la suite, tu te rends compte qu’il te dépasse, tout en suivant sa propre trajectoire. Et mon souhait c’est que les festivaliers et l’équipe ayant travaillé sur ce projet soient agréablement surpris au soir du 5 octobre prochain.

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir