Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Le Syndicat national des artistes musiciens du Burkina Faso (Synamub) était face aux journalistes ce vendredi 21 octobre 2016 à Ouagadougou. L’objectif était de faire part des conditions de vie des artistes et de plaider pour le rayonnement de la musique burkinabè.

 

Des artistes musiciens burkinabè disent vivre des conditions de précarité conduisant à une « clochardisation » sans précédent. C’est du moins ce qui est ressorti des propos de la conférence de presse du Synamub.  Selon les conférenciers, d’énormes difficultés minent leur bon épanouissement. Il s’agit, selon Abdoul Kader Ouattara, secrétaire général du Synamub, du manque d’une politique claire de promotion et de développement de l’art musical dans l’optique de permettre aux artistes de vivre de leur art, de la gestion opaque des cérémonies organisées par l’Etat ou ses démembrements.

« Ce sont la plupart du temps les mêmes clans qui se pavanent à toutes ces cérémonies organisées  par l’Etat sans qu’aucun autre artiste ne puisse y être invité en dehors de leur cercle », a expliqué M. Ouattara. Il relève aussi «l’incapacité à recouvrir convenablement les droits d’auteurs  des radios, chaines de télévisions». « A cela s’ajoute le manque de transparence dans la redistribution aux artistes par le Bureau burkinabè des droits d’auteur sans oublier les reports dans  le paiement de droit des artistes sous le prétexte de manque de fonds», fait remarquer le SG/Synamub.

De l’amélioration des conditions socioéconomiques des artistes musiciens du Burkina, le syndicat réclame entre autres, une dotation de toutes les radios et télévisions d’un logiciel unique de comptabilisation des artistes joués, l’exigence du paiement des droits par tous les médias, une fixation d’un tarif minimal pour le « play-back » pour un podium étatique à 200.000 FCFA et 500.000 FCFA pour le « live ».

Il exige aussi une transparence dans la sélection des artistes aux différentes manifestations organisées et dans la gestion des fonds alloués aux artistes par l’Etat. D’autre part, le Synamub veut une formation à l’endroit des artistes musiciens burkinabè pour l’amélioration de la qualité de leurs productions.

Face à cette situation qui affecte les artistes musiciens et leurs œuvres, le Synamub interpelle les autorités politiques à se pencher immédiatement sur la situation de l’artiste et, l’opinion publique à apporter son soutien aux artistes dans leur lutte pour le rayonnement de la musique burkinabè.

IS/AA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir