Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

La 12e édition du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (Sitho) ouverte ce jeudi 28 septembre 2017 a fermé ses portes ce dimanche 1er octobre 2017. Les participants à l’issue du Salon dont le thème était : « tourisme interne : enjeux et défis » ont adopté la déclaration dite de Ouagadougou. Dans la déclaration ci-dessous, Ils invitent l’ensemble des acteurs du tourisme à œuvrer pour l’adoption et la mise en œuvre d’une stratégie de développement du tourisme interne au Burkina Faso.

« Nous, participants au colloque international de la 12ème édition du Salon International du Tourisme et de l’Hôtellerie de Ouagadougou (SITHO 2017) tenu sous le thème « Tourisme interne : enjeux et défis », à Ouagadougou du 29 septembre au 1er octobre 2017, félicitons le Comité national d’organisation pour la tenue de ce colloque et le choix pertinent du thème.

Nous reconnaissons les efforts déployés par les acteurs du secteur du tourisme pour le développement du tourisme interne au Burkina Faso.

Nous considérons que face à la baisse du tourisme récepteur du fait du contexte sécuritaire actuel de notre sous-région, la meilleure alternative reste et demeure le développement du tourisme interne.

Nous sommes convaincus que le patrimoine touristique burkinabè regorge de nombreux sites et manifestations culturelles traditionnelles qui méritent d’être mieux connus des Burkinabè.

Nous invitons tous les acteurs du secteur du tourisme à œuvrer pour l’adoption et la mise en œuvre d’une stratégie de développement du tourisme interne au Burkina Faso. Nous engageons par ailleurs les plus Hautes Autorités du pays à impulser la dynamique du tourisme interne en visitant régulièrement les sites du patrimoine touristiques national. 

Nous sommes conscients que le développement du tourisme nécessite des investissements importants pour la protection, l’accessibilité et l’attractivité des sites touristiques.

Nous invitons le Gouvernement et les opérateurs privés du secteur du tourisme à investir dans l’aménagement ainsi que dans tout autre domaine à même de renforcer l’attractivité des sites touristiques.

Nous rappelons que les valeurs culturelles communes partagée par les Burkinabè telles que l’intégrité, la solidarité, le respect, l’hospitalité, la générosité sont des valeurs à sauvegarder et à transmettre aux jeunes générations.

Nous sommes convaincus que les valeurs de l’hospitalité, qui se manifestent notamment à travers les traditions d’accueil dans les communautés du Burkina Faso constituent une marque de l’identité Burkinabè qui doit être valorisée et promue.

Nous invitons les plus Hautes Autorités à œuvrer à la préservation de la tradition du Zom koom en la maintenant dans le protocole d’Etat pour l’accueil des hôtes de marques du Burkina Faso. Nous invitons par ailleurs les professionnels du tourisme à intégrer cette tradition dans l’accueil de leurs clients. Nous invitons enfin les autorités du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme à envisager, à court terme, l’inscription de cet élément du patrimoine culturel des communautés du Burkina Faso sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Nous nous engageons à veiller à la mise en œuvre et au suivi de la présente Déclaration.

Ouagadougou, le 1er octobre 2017                                           

Les participants »

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir